Les itérations

de | 25 janvier 2017

Dans cet article, je parlerai de la mécanique d’itération dans l’exécution d’un projet quelle que soit son envergure. Le fait de réaliser plusieurs cycles d’itérations (=faire quelque chose en plusieurs fois, faire une succession d’améliorations) permet de s’améliorer dans n’importe quelle activité, et plus particulièrement dans le jeu vidéo. Toutefois, il  y a une manière précise pour en retirer le maximum.

Personne, aussi intelligent ou doué soit-il ne réussit du premier coup, sauf si la tâche est extrêmement simple. Le processus d’itération consiste à vous faire partir de rien puis à améliorer votre projet, votre offre mais aussi votre niveau de jeu par exemple. Chaque cycle d’itération fera avancer votre projet jusqu’à son accomplissement et chaque cycle vous permettra d’améliorer vos connaissances sur le sujet.

La méthode que je vous propose pour vous améliorer dans les jeux vidéo ou dans vos passions (voir la methode et comment voir ce qui ne va pas) repose sur l’utilisation des cycles d’itérations.

La première étape qui consiste à modéliser son activité/projet ou sa passion est facultative, mais elle vous permettra d’accélérer votre vitesse d’apprentissage très rapidement. Poser le modèle graphiquement vous permettra d’avoir une vision globale et précise sur le sujet. Cette première étape a malheureusement un coût en temps plus ou moins important selon la tâche. Le temps que cela va prendre dépend beaucoup de ce que vous connaissez du sujet mais aussi de la complexité de ce dernier. A vous d’évaluer l’importance de ce projet et d’évaluer s’il est intéressant de le modéliser. Pour cela, rien de plus simple, il faut que vous modélisiez un jeu vidéo que vous aimez beaucoup et que vous mesuriez le temps nécessaire pour atteindre la première modélisation. Pourquoi un jeu vidéo? car dans ce contexte, vous êtes le maître absolu, vous pourrez modifier absolument tout ce qui concerne votre méthode ou votre façon de jouer. Cela vous permettra d’évaluer pleinement les capacités de la méthode, mais aussi de retirer le maximum de bénéfice. A l’inverse, si je vous avais présenté une méthode pour modéliser votre travail par exemple, il y a de grandes chances que vous soyez dans une entreprise hiérarchique et que de ce fait, votre marge de manœuvre soit très limitée.

La deuxième étape fera appel à plusieurs aptitudes qui sont très importantes dans le monde du travail :

  1. Votre capacité de synthèse, avoir une image claire de votre activité et pouvoir lister ses différents aspects.
  2. Votre capacité d’observation, estimer les bons critères à observer.
  3. Votre capacité à réfléchir, en observant ces critères, quelle est la prochaine étape?
  4. Evaluer vos possibilités et leurs effets, lister les différentes options et sélectionner celles qui vous rapprocheront le plus de votre but.
  5. Décider de la méthode à utiliser.
  6. La mettre en œuvre.
  7. Evaluer les effets de ce changement, positif? négatif? Y a-t-il des imprévus? Garder le changement ou retourner en arrière?
  8. Répéter le cycle pour effectuer une nouvelle itération.

Pour retirer le maximum de cette approche, il vous faut établir clairement le but et comprendre au mieux les critères qui ont un effet sur ce que vous voulez produire ou votre objectif à atteindre (c’est ce que fait l’approche que je vous ai proposée). Vous allez ensuite faire plusieurs itérations pour atteindre vos objectifs. Les améliorations peuvent être aussi petites que vous le souhaitez, veillez juste à garder votre objectif en tête, il est très simple de s’égarer et de perdre de vue son objectif quand son objectif est de s’améliorer (s’améliorer est d’ailleurs un concept très vague, alors je le répète, gardez en vue votre objectif).

Enfin, pour accélérer ce processus et décupler vos forces, la vitesse d’itération est à prendre en compte (votre faculté à répéter le cycle rapidement). Si chaque itération vous prend plusieurs jours alors que d’autres peuvent faire 1 à 2 itérations par jour (vous manquez peut-être tout simplement de pratique), il faut que vous trouviez un moyen plus rapide de parcourir ces itérations. En effet, la force de cette approche repose beaucoup sur la faculté d’apporter de nombreuses améliorations et pas sur votre faculté à améliorer votre activité en une fois. Si vous vous améliorez de 1% par jour, combien de jour faudra-t-il pour que vous soyez deux fois meilleur? Il faut 70 jours et pas 100 jours comme certaines personnes le pensent, soit trente jours de moins. Alors, si vous avez l’impression de ne presque rien améliorer par cycle d’itération, ce n’est pas grave, faites le quand même.

Alors quel que soit votre projet, s’il vous paraît insurmontable, procédez par itérations!

« Je n’ai pas échoué. J’ai juste trouvé 10 000 solutions qui ne fonctionnent pas ». Thomas Edison, inventeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *