La pédagogie de l’erreur

de | 22 février 2017

Dans l’article précédent, je vous ai expliqué pourquoi une coopération basée non pas sur les résultats mais l’humain est plus intéressante. Dans un environnement fondé sur les résultats, seuls les résultats comptent, vous n’avez pas le temps d’apprendre, seulement de vous perfectionner. Cela veut dire que si vous n’êtes pas dans le top du classement, vous êtes rejeté.

Dans l’environnement que je préconise, l’humain a sa place, vous pouvez grandir, progresser et vous épanouir. Cela a toutefois un coût, en temps d’une part et en patience. Ici, je vais parler d’un concept très connu mais extrêmement mal utilisé.

La pédagogie de l’erreur, faussement appelée « le droit à l’erreur »

Ici, je parle bien de pédagogie et non pas de droit. Personne ne veut faire d’erreurs, alors personne ne veut bénéficier de ce droit. Que vous ayez le droit ou non de faire des erreurs, vous allez en faire. Personne ne veut simplement qu’on lui pardonne de faire des erreurs. Ce que nous voulons, c’est la possibilité d’apprendre et pour apprendre, vous faites des erreurs. En clair, ce que les gens veulent, c’est que l’erreur ne soit plus vue comme quelque chose de négatif, il faut qu’elle fasse partie intégrante de l’apprentissage. Pour cela, il faut une pédagogie réelle de l’erreur, en action pas en discours.

Par exemple, pendant les études. D’un côté vous avez cette situation : un prof pose une question, personne ne répond. A partir d’un moment, il dit « C’est pas grave si vous vous trompez, essayez! ». D’un autre côté, vous êtes en devoir surveillé, vous faites une erreur, vous perdez des points immédiatement. C’est cette dualité, ce manque de cohérence que je pointe du doigt. D’un côté, on me dit qu’il faut essayer (discours), de l’autre, on me pénalise immédiatement après une erreur (action). Il y a une incohérence entre le discours et l’action. Je ne pointe pas du doigt le fait que pendant un contrôle, vous devez avoir tout juste pour avoir l’ensemble des points, mais c’est notre façon d’apprendre dans son ensemble que je pointe du doigt. Je ne dis pas que pendant un contrôle vous ne devez pas perdre de points si vous avez faux, je dis que la méthode d’apprentissage doit être entièrement revue pour intégrer une pédagogie de l’erreur.

Feu de camp trop proche d’un arbre. Jeu : Don’t Starve.

Intégrer la pédagogie de l’erreur, les réflexes à avoir

Aucun de nous n’est ministre de l’éducation nationale, alors je vous propose de mettre en pratique cette pédagogie de l’erreur dans vos jeux vidéo au sein de votre équipe. Vous n’êtes pas un groupe basé seulement sur les résultats, par conséquent, votre groupe n’est pas constitué que de « premiers de la classe ». Alors évidemment, vous allez faire un paquet d’erreurs et il est absolument vital pour votre groupe comme pour votre santé mentale, que ces erreurs ne vous démoralisent pas et qu’elles fassent partie intégrante du processus. Je vais vous présenter une méthode en 3 points qui vous permettra de progresser ensemble et rapidement.

1. N’intervenez que quand nécessaire, faites preuve de discernement

Il faut discerner les erreurs d’apprentissages qui sont inévitables, et les erreurs chroniques. Vous n’interviendrez réellement que pour les erreurs chroniques. C’est-à-dire les erreurs où la personne a tous les concepts nécessaires pour réussir, mais fait systématiquement les mauvais choix. Au lieu de dire que la personne est stupide, vous allez vous dire la chose suivante : « Tu es une personne intelligente, si tu fais ce que tu fais, il y a une raison, comment as-tu pris ta décision? ». Cette personne a-t-elle en tête le but commun? les valeurs? Est-elle bouleversée par un événement extérieur? A-t-elle les moyens d’accomplir ses tâches? A-t-elle conscience de sa contribution dans l’équipe? etc…

2. Les gens ne sont pas égaux, donnez les moyens (ici le temps et les compétences)

Dans votre équipe, le niveau est très hétérogène. Il est de votre devoir, de prendre en compte ces différences de niveau, d’accompagner et de donner les moyens à chacun pour progresser. L’obstacle principal ici sera la malédiction du savoir que nous avons vue dans cet article. Vous devez expliquer à la personne avec des concepts qu’elle a assimilés, pourquoi ce qu’elle fait est une erreur. Si vous avez besoin de concepts plus avancés, vous allez d’abord lui expliquer ces concepts de la façon la plus concrète possible. En effet, nous avons vu dans cet article, qu’il est nettement plus simple de comprendre de manière concrète plutôt qu’abstraite.

3. Vous allez accompagner la personne, de façon adéquate

Selon le niveau d’expertise de la personne, vous devrez plus ou moins l’accompagner pour faciliter la correction.

Une personne expérimentée préférera une plus grande autonomie pour apprendre de son côté. Vous pourrez lui donner des indications pour l’aider, mais ne lui tenez pas la main. Ayez confiance, même si la première correction n’est pas terrible. En effet, nous progressons par itération, à chaque itération la solution est meilleure. Ici, vous laisserez du temps à la personne pour qu’elle atteigne la solution.

Une personne non expérimentée au contraire aura besoin d’un accompagnement plus fort. Une fois que la personne a compris le concept, vous lui expliquerez calmement ce qu’elle doit faire pas à pas. Certes, la correction sera rapide, mais la personne n’assimilera pas totalement la méthode. Ici, vous allez lui donner du temps pour l’assimiler afin qu’elle puisse reproduire la méthode dans des situations différentes, mais qui restent similaires.

Défi

Quelle est l’erreur chronique que vous faites? Savez-vous pourquoi cette erreur se produit? Avez-vous les moyens de trouver une solution? Si oui, marquez là quelque part pour vous en souvenir.

Personnellement, dans les jeux de stratégie, j’accorde trop d’importance aux combats. Pendant les combats, je ne fais rien d’autre que regarder ce qui se passe alors que j’ai une tonne de gestion à faire. Cette erreur se produit, car l’issue de la bataille est très importante, néanmoins, je n’ai besoin que de l’issue de la bataille et pas de son déroulement. J’ai trouvé la solution en marquant noir sur blanc ce qu’il fallait que je fasse pendant les combats, la première étape étant « Arrête de regarder le combat ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *