Une méthode digne des années 80

de | 29 décembre 2016

Dans ce billet, nous verrons ensemble comment un joueur peut passer plus de deux heures par jour à jouer à un jeu sans que son niveau s’améliore.

C’est avant tout la méthode qui est responsable de ce gâchis. Cette méthode, nous la retrouvons aussi dans le monde du travail, plus précisément dans le monde de la prospection téléphonique. Les commerciaux passent plus de 100 appels par jour, pour faire une vente, soit un rapport de transformation de 1%. Quand ceux-ci veulent améliorer leurs résultats, ils peuvent suivre des formations leur permettant principalement d’augmenter le nombre d’appels par jour, ou de se former à des méthodes leur permettant de rappeler inlassablement le même prospect jusqu’à ce qu’il craque, au passage, la personne craque au bout de 5 fois.

Chez le joueur de jeux vidéo, cette méthode consiste à augmenter le nombre de parties dans le même laps de temps ou à augmenter le temps de jeu. Les résultats, je les connais bien car j’ai utilisé cette méthode pendant très longtemps, mais il est préférable de les rappeler ici :

  • Dans la première phase de cette méthode, vous progressez infiniment par rapport à votre première partie et chaque partie vient nourrir la suivante.
  • Deuxième phase, l’amélioration est nettement ralentie, mais vous ressentez encore le fait de vous améliorer à chaque dizaine de parties par exemple. Vous décidez d’augmenter votre temps de jeu, car clairement vous y prenez du plaisir et vous avez un certain niveau très respectable pour la faible quantité de temps de jeu que vous y avez consacré.
  • Vous atteignez la dernière phase, l’amélioration se compte en semaine. Vous perdez systématiquement pour les mêmes raisons et il est maintenant impossible pour vous de vous améliorer, pourtant vous avez triplé votre temps de jeu par rapport aux premiers jours. Vous ne pouvez tout simplement pas jouer plus.

L’obstacle qui vous bloque, est en fait la méthode qui vous a permis de progresser très vite pendant les premières phases. A ce faible niveau de jeu, personne ne sait jouer correctement au jeu et enchaîner les parties permet d’apprendre. Parce que cette méthode marche, dans votre tête va se créer un modèle très simple : « Plus je joue, plus je suis bon ». On pourrait croire que ce modèle va voler en éclats durant la dernière phase, ce n’est pas le cas pour une raison très simple, ce modèle est le seul que vous connaissez, il se suffit à lui-même (il n’y a pas à réfléchir, il suffit de jouer), et enfin, il vous empêche complètement de réfléchir.

Vous l’aurez compris, le problème est nettement plus profond que de ne pas devenir meilleur. Le seul niveau de réflexion que vous pouvez avoir consiste à vous dire que « ça ira mieux à la prochaine partie », « je ne suis pas seul, ça doit être normal ». Absolument aucune analyse sur le jeu ne peut être faite dans ces conditions. Votre esprit critique et votre créativité ne sont plus sollicités.

Mon but dans cet article est de vous exposer le mal que nous allons combattre, mais aussi de vous montrer les premiers éléments qui nous permettront de dépasser cette phase en introduisant le concept de modèle. Nous avons aussi vu furtivement les concepts de coûts et de matières premières (votre énergie et votre temps) mais aussi de produit fini (vos résultats). Enfin, nous avons vu les conséquences d’un mal qui ronge plusieurs entreprises, le concept de rendement décroissant et les images mentales. Tous ces concepts seront expliqués quand le temps sera propice, pour l’instant je veux vous faire prendre conscience qu’il y a quelque chose qui vous empêche de vous épanouir.

« Si au début vous ne réussissez pas, essayez, essayez encore. Mais au bout d’un moment, laissez tomber. Il ne faut pas non plus être idiot. » W. C. Fields, comédien américain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *