Pourquoi atteindre vos objectifs, même simples, est si difficile dans les jeux vidéo

de | 30 août 2017

Si vous jouez à des jeux compétitifs, inlassablement vous voudrez progresser, améliorer votre niveau de jeu, apprendre de nouvelles choses et surtout les mettre en pratique. Mais vous constatez très rapidement que votre rythme de progression est nettement moins rapide que vous ne l’espériez. Vous ne comprenez pas pourquoi vous n’arrivez pas à appliquer vos idées d’amélioration. Pourtant, cela a l’air si simple, souvent il ne vous faut que quelques secondes pour exécuter la nouvelle action que vous venez d’apprendre, mais dans les moments où cela compte le plus, vous ne le faites pas. Alors, vous commencez à vous en vouloir, « mais je suis nul ou quoi? C’est pas si dur de faire X! Alors pourquoi je ne l’ai pas fait? ». Au bout de la troisième soirée où vous avez toujours le même problème, vous commencez à vous demander si le problème ne vient pas de votre personnalité, si vous n’êtes pas juste quelqu’un qui ne sait pas faire d’efforts. Si cela continue, vous commencerez à créer des attentes, d’énormes attentes. Vous utiliserez des expressions comme « cela fait 3 soirs que j’essaye, j’aurais déjà dû y arriver », « cela ne devrait me prendre qu’une soirée de plus ». Avec les attentes, la frustration n’est jamais loin, après chaque soirée infructueuse, vous vous sentirez frustré et vous commencerez à cogiter avant de dormir, c’est le pire comportement que vous pouvez avoir et je vais vous expliquer pourquoi.

En fait, cela n’a rien à voir avec la simplicité de la tâche ou non. Cela n’a rien à voir avec votre personnalité ou autres raisons vagues que vous avez pu citer dans votre frustration. Enfin, cela n’a rien à voir avec un manque d’effort de votre part. Je vais vous expliciter les raisons pour lesquelles vous n’arrivez pas à atteindre vos objectifs. En prenant en compte ces éléments, vous pourrez commencer à travailler les différents éléments vous permettant d’atteindre vos objectifs, mais surtout, vous pourrez commencer à éliminer les éléments qui vous freinent, ce que j’appelle les frottements. Cela vous permettra de progresser à chaque entraînement, vous ne ferez plus jamais de sur place. En constatant cette progression constante, vous serez très motivé et si vous tenez sur la longueur, vous deviendrez persévérant, vos anciennes réussites viendront vous ressourcer dans les moments les plus difficiles.

Les mots à bannir de votre vocabulaire

Jeu vidéo : GTA V. Lamar Davis, un personnage dont le langage est très… vous m’avez compris.

Le premier obstacle qui vous bloque est le fait de croire que parce qu’une tâche est simple à accomplir, l’inclure dans votre jeu sera simple. C’est la plus grosse erreur que vous pouvez faire. Inconsciemment, vous commencerez à utiliser plus de mots comme « devrait », « pourrait », « aurait ». Ces mots traduisent des attentes de votre part, des attentes qui ne servent à rien à part générer de la frustration.

  • « J’avais un objectif, j’aurais dû y arriver! »
  • « Cet objectif a l’air simple, je devrais y arriver très rapidement »
  • « Je suis pas débile, je pourrais mettre plus d’objectifs par entraînement »

Bannissez ces mots de votre vocabulaire, non seulement ils ne vous servent à rien, mais ils contribuent à créer l’illusion que tout est simple et que tout n’est qu’une question d’effort de votre part, pire encore, qu’il suffit de jouer pour y arriver.

Mais alors pourquoi je n’y arrive pas, si ce n’est pas une question d’efforts?

Tout d’abord, laissez-moi vous dire que ce que vous essayez de faire est extrêmement complexe, pas compliqué, mais complexe. Complexe veut dire qu’il faut exécuter une série d’actions, chacune de ces actions est simple en soi et c’est le fait de les combiner qui rend le tout complexe. Compliqué veut dire que des choses vous échappent, que vous n’arrivez pas à exécuter votre action, car quelque chose vous échappe. Cela n’arrive jamais ou très rarement dans les jeux vidéo, rien n’est compliqué, tout est complexe.

Cette complexité est amplifiée par l’épuisement de votre volonté. Pour rappel, la volonté est une ressource comme une autre. Imaginez une réserve d’énergie, c’est votre volonté, vous puisez dans cette réserve à chaque fois que vous faites quelque chose qui vous demande un effort. Et devinez ce qui vous demande le plus d’efforts? L’entraînement. Quand vous cherchez à améliorer votre jeu, à l’enrichir, vous faîtes des choses qui ne sont pas naturelles pour vous, vous essayez d’ajouter des éléments que vous ne maîtrisez pas encore et cela réclame beaucoup d’efforts.

Quand votre réserve d’énergie s’épuise, devinez quoi? Vous n’êtes plus capable d’ajouter ces nouveaux éléments, vous ne pouvez plus lutter contre vos instincts, vous jouez alors en mode pilote automatique. C’est-à-dire que vous jouez de la façon dont vous avez l’habitude. Je vais vous décrire des situations et vous allez me dire (dans les commentaires) si vous les avez déjà vécues :

  1. Dans les moments les plus chauds, les plus intenses, vous paniquez et vous… jouez en pilote automatique. Vous oubliez complètement votre objectif de base, votre exercice, et vous faites la même chose, ce qui vous fait généralement perdre.
  2. Dans les moments les plus chauds, si vous devez communiquer avec votre équipe, vous devenez silencieux à la place.
  3. Dans les moments où la tension est maximale, vous ne réfléchissez plus, vous fonctionnez à l’instinct, au réflexe.
  4. Dans les moments les plus chauds, vous jouez tout simplement la gagne.

Comment faire alors pour m’entraîner plus longtemps? Réduire les frottements. Les 5 sources principales de frottements

C’est la question qui revient le plus souvent, la réponse est très contre-intuitive, car elle vise à améliorer votre environnement et non pas votre objectif. En effet, le réflexe des joueurs est souvent de simplifier leurs objectifs, mais ils constatent rapidement que cela ne règle pas leur problème. Pour vous entraîner plus longtemps, vous allez réduire tous les éléments qui vous compliquent la tâche, qui vous empêchent d’atteindre votre objectif, de réaliser vos exercices pendant l’entraînement. Ces éléments, je les appelle les frottements. De la même façon qu’une balle parcourt une distance nettement plus courte dans l’eau que dans l’air à cause du frottement dû à l’eau, vous retirez nettement moins de bénéfices lors de chaque entraînement quand vous êtes dans le mauvais environnement. Ici, je vais vous donner les 5 plus grandes sources de frottements, débarrassez-vous en et récoltez pleinement le fruit de votre travail :

  1. Jouer pour la gagne. Cette source de frottement réduit instantanément les bénéfices de votre entraînement à 0. Afin de vous débarrasser de cette mauvaise habitude, déterminer un moment de la journée où vous jouerez pour perdre. Je sais que tout le monde déteste perdre, mais on ne s’entraîne pas pour gagner maintenant, on s’entraîne maintenant pour gagner plus tard. La durée maximale de cette session ne doit pas dépasser 1 heure. Il est extrêmement difficile de jouer pour perdre, même volontairement. Pendant cette heure, vous allez changer les règles du jeu : pour gagner, le but sera maintenant de réaliser le plus de fois possible votre exercice pendant le temps imparti. Au début ne soyez pas dur avec vous-même, fixez-vous un nombre que vous êtes sûr de pouvoir remplir et faites-le le plus rapidement possible. Votre but ici n’est pas de vous auto-congratuler, mais pour que vous réalisiez à quel point vous pouvez aller très vite quand vous décidez de vous concentrer sur votre exercice. Si vous vous fixez un nombre à atteindre au bout d’une heure, vous serez surpris du nombre de fois où vous avez répété l’exercice après seulement 10 minutes, ici vous allez réaliser que votre véritable potentiel est bien plus haut que vous ne le pensez.
  2. Avoir des exercices trop abstraits. Vous allez réaliser une action qui ne fait pas partie de votre façon de jouer habituel, cela sera donc difficile. Pour minimiser cette difficulté, vous allez décrire absolument tout ce que vous devez faire dans les moindres détails. Votre grand-mère doit pouvoir suivre votre liste d’actions et obtenir les mêmes résultats que vous. Je connais des joueurs qui m’ont dit que leur exercice était du genre « je veux avoir une meilleure économie », ça, ce n’est pas une exercice, c’est une prière. Pour décrire ces étapes au maximum, utilisez la méthode des 5 comment.
  3. Considérer qu’atteindre votre objectif est quelque chose de normal. De nombreux joueurs sont très durs avec eux-mêmes. S’ils atteignent leurs objectifs, c’est normal, pas de quoi se réjouir. S’ils n’y arrivent pas, alors ils se trouvent nuls et se maudissent eux-mêmes sur trois générations. Non, ce que vous faites est très complexe, à chaque fois que vous arrivez à atteindre votre objectif, marquez le coup, même si c’est très rapide avec un « Jolie! » ou « Nice! ». Il faut que cela soit concret, cela peut être par exemple de revoir le mouvement que vous avez exécuté avec perfection, s’encourager soi-même, bref, prenez conscience des exploits que vous réalisez.
  4. Lorsque vous n’arrivez pas à atteindre votre objectif ou à réaliser vos exercices, au lieu de penser que c’est parce que vous êtes mauvais, prenez le temps d’analyser la situation. Parce que, vous avez décrit la liste des actions à faire, vous pouvez voir exactement à partir de quel moment vous avez déraillé. Trouver la raison de ce déraillement, que pouvez-vous changer pour vous faciliter la tâche et vous permettre de réaliser votre exercice? Trop souvent, je vois des joueurs qui n’analysent pas du tout leur jeu, cela est normal, ils n’ont pas l’habitude de le faire, alors ils essayent de sauter directement à la conclusion et la conclusion est qu’ils sont « mauvais ». Devinez quoi, être « mauvais » n’est pas une maladie, il n’y a pas à avoir honte et c’est justement pour cela que vous vous entraînez.
  5. Travaillez les exercices un par un. Oui, nous le savons tous, vous n’êtes pas un joueur professionnel, il n’y a rien dans votre niveau de jeu qui soit parfait. Le premier réflexe des joueurs qui veulent progresser vite est de sélectionner une dizaine d’exercices à faire. Vous n’avez pas besoin d’être un professionnel pour savoir que c’est le meilleur moyen de ne rien faire du tout. Personnellement je vous conseille de ne prendre qu’un seul exercice, celui qui vous apportera le plus de bénéfice. Vous devez réaliser que votre exercice ne sera validé que si vous arrivez à l’exécuter dans des conditions extrêmes. Je pense notamment aux jeux vidéo de tir à la première personne. Le joueur d’en face essaye de vous tuer, cette situation n’est-elle pas assez stressante pour vous? Essayez déjà de faire un seul exercice, si vous y arrivez, vous avez ma bénédiction pour en faire deux en même temps, puis trois, etc.

Défi

A vous de jouer! Quel élément avez-vous toujours voulu ajouter à votre jeu? Je vous propose d’utiliser cette méthode pour l’incorporer à votre jeu. A vous de décider ensuite si vous voulez aller plus loin. Vous seriez surpris de ce que vous êtes capable de faire avec une bonne méthode!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *