Les 7 erreurs qui vous empêchent d’améliorer votre visée efficacement sur les jeux vidéo

de | 23 novembre 2018

Avez-vous déjà perdu vos parties parce que votre visée n’était tout simplement pas à la hauteur ? Si vous êtes comme de très nombreux joueurs, vous avez déjà connu ça, voire, vous en faites encore l’expérience. S’il y a bien un sujet qui revient le plus souvent chez les joueurs de jeux vidéo, c’est la visée. Dans cet article, je vous parlerai des mauvais conseils que l’on retrouve systématiquement sur Internet et qui vous donne exactement le résultat que vous constatez aujourd’hui : le niveau de votre visée ne s’améliore pas du tout, même après avoir passé des dizaines d’heures à s’entraîner. Les nombreux joueurs que j’ai coachés sur cette problématique ont tous eu la même expérience dans leur quête pour améliorer leur visée : « on nous demande d’acheter la dernière souris qui est censée être meilleure, on nous demande d’acheter le dernier clavier qui est supposé améliorer nos performances, on nous dit qu’il faut acheter le dernier jeu améliorant la visée en vogue, on nous dit qu’il faut jouer sur des maps spéciales pour entraîner sa visée et enfin on nous demande d’enchaîner une bonne centaine d’heures… pour que finalement rien ne change ». En suivant ces très mauvais conseils, vous n’obtiendrez rien d’autre que de la frustration, voire même de l’agacement, des douleurs dans le poignet ou même le bras et surtout, vous aurez juste perdu votre temps.

En passant sur un entraînement efficace, vous réaliserez très rapidement que vous n’avez pas besoin d’aligner des centaines d’heures pour constater une amélioration à peine perceptible. Je ne vous cache pas qu’un jour, vous allez devoir le faire, mais ce jour-là, vous serez déjà un joueur professionnel ou au moins dans le TOP 500. Qu’est-ce qu’un entraînement efficace ? C’est tout simplement un entraînement qui se base sur vos faiblesses, sur vos besoins et qui vise à vous faire travailler les gestes de manière ciblée tout en vous apportant le maximum de bénéfice pour le minimum d’effort. Quand les joueurs que je coach entendent ça pour la première fois, ils n’y croient pas trop. Je ne leur en veux pas, après avoir suivi autant de mauvais conseils, on se demande vraiment si les bons existent… Dans cet article, je vous poserai les bases qui vous permettront de réaliser qu’il ne vous faudra pas plus de 20 minutes par jour pour améliorer votre visée efficacement. C’est justement cette base que j’utilise pour coacher les joueurs sur la visée. Évidemment, en coaching, les choses vont plus vite et c’est justement ce que les joueurs que je coach cherche avant tout. Avec cet article, vous pourrez développer votre propre entraînement, il vous faudra certes plus de temps, mais il faut aussi comprendre que le coaching n’est pas fait pour tout le monde. Le coaching est réservé aux joueurs les plus motivés et surtout, ceux qui veulent se dépasser pour atteindre des niveaux toujours plus élevés et pourquoi pas, gagner leur vie à travers le jeu.

Les 7 erreurs que l’on retrouve systématiquement sur Internet qui ont pour seul effet de vous faire perdre du temps en vous poussant à chercher partout, sauf là où est le problème

Passons maintenant aux choses sérieuses : ici, beaucoup d’entre vous auront des réactions du type « mais tu ne sais pas de quoi tu parles, évidemment que c’est super important ! ». Je n’ai jamais dit que ce n’était pas important, je dis simplement qu’y accorder autant d’importance qu’actuellement ne sert absolument à rien. Savez-vous pourquoi autant de joueurs ne progresseront jamais dans leur visée et pourquoi nous retrouvons encore des conseils qui ne marchent absolument pas sur Internet ? C’est tout simplement parce que nous (=les êtres humains) n’aimons pas nous remettre en question et que nous n’aimons pas admettre que nous avons eu tort. Alors nous préfèrerons répéter un mensonge jusqu’à ce qu’il devienne une « vérité », plutôt que d’avouer que nous nous sommes trompés.  Pour progresser, vous le savez, il faut se remettre en question, garder les yeux ouverts pour voir ce qui ne marche pas du tout, même si le conseil semble nous convenir parfaitement. Ici, je vais non seulement remettre en question tous les conseils complètement faux que l’on retrouve sur Internet et je vais aussi vous expliquer pourquoi il est si simple d’y croire, pourquoi on a envie d’y croire.

Je le répète une dernière fois, certains d’entre vous auront des boutons quand ils verront pourquoi les conseils auxquels ils croient dur comme fer sont en fait complètement inefficaces et ici vous aurez le choix. Soit vous vous remettez en question (ce qui est loin d’être agréable je vous l’accorde), vous utilisez une autre méthode (qui marche) et vous en récoltez les bénéfices. Soit vous continuez de vous accrocher à des croyances très séduisantes (dites bonjour à votre ego de ma part) qui vous mettent en valeur (votre côté bosseur par exemple) et vous continuez de relayer des conseils qui ne marchent pas du tout aux autres joueurs, pour qu’eux aussi, perdent leur temps.

C’est parti !

1. La visée, ça monte tout seul, il suffit de jouer, jouer et encore jouer (c’est magique en fait)

Je sais, j’attaque très dur et je m’en prends à la croyance la plus solide qui circule chez les joueurs de jeux vidéo. Evidemment, je l’ai fait exprès. Si j’arrive à démolir cette croyance d’entrée de jeu, vous pourrez récolter le maximum de bénéfice à travers cet article. Au lieu d’avoir seulement un doute dans les 7 points que je vais décrire ici, vous serez convaincu et vous changerez concrètement de façon de faire. En clair, vous vous remettrez concrètement en question.
Bien sûr, je suis conscient du risque inverse : si je n’arrive pas à démolir cette croyance et que même les faits ne vous convainquent pas, ne lisez même pas la suite. Vous allez juste perdre votre temps, car vous serez dans une posture où vous n’arrêterez pas de douter de tout. Si c’est le cas, vous n’êtes simplement pas encore prêt à vous remettre en question sur le sujet, à vous ouvrir à la possibilité, que peut-être, votre méthode ne marche pas.

Les joueurs y croient tellement, qu’ils sont prêts à vous certifier que si vous jouez 1000 heures de plus, votre visée ne sera plus du tout la même. La réalité, c’est que c’est exactement l’inverse, vous aurez exactement la même visée. La raison pour laquelle vous n’arrivez pas à avoir une visée excellente, c’est que vous n’avez tout simplement pas développé les différentes techniques pour avoir une bonne visée. Alors pendant ces 1000 heures, vous allez répéter, renforcer l’imperfection d’une visée qui est déjà imparfaite. Vous allez, très concrètement, imprimer cette mauvaise visée dans votre mémoire musculaire.
Alors évidemment, si vous aviez déjà appris les gestes propres à la visée (liste non exhaustive) : flick shot, tracking, prediction, preshot… ces 1000 heures vous seront bénéfiques. Mais évidemment, si vous faites partie des joueurs qui cherchent de temps en temps comment améliorer leur visée, je vous laisse deviner si vous avez, oui ou non, appris ces gestes. Très concrètement, ce qui va se passer chaque jour, c’est que vous allez utiliser des méthodes de visées inappropriées pour les situations qui vous donnent du fil à retordre. L’erreur typique que je rencontre est que vous faites une succession de flick shot (mouvement sec de la souris suivi d’un tir) alors que du tracking (suivre des mouvements lents de la cible) et de la prediction (prédire là où va la cible pour y mettre le curseur en même temps que la cible se déplace) auraient été nettement plus efficace. Et encore, là je suis gentil avec cette description. Si je voulais être méchant, je m’attaquerais même à ce que vous « penser maîtriser ». Vos flick shot par exemple, peut-être qu’une fois sur deux, vous ne réalisez pas que vous êtes trop à droite ou trop à gauche. Si vous ne savez pas ce que vous devez corriger, vous n’analyserez pas vos erreurs et vous vous contenterez de répéter un mouvement imparfait pendant ces 1000 heures. Si vous aviez une chance sur deux de réussir votre tir par exemple, après 1000 heures de jeu, vous aurez toujours une chance sur deux, sauf que cette fois, le mouvement sera dans votre mémoire musculaire. Bonne chance pour vous en débarrasser si vous ne vous en apercevez pas et que vous êtes convaincu que 1000 heures de plus vous permettront peut-être un jour de passer à 52% de succès au lieu de 50%.

Alors c’est quoi la solution ?

Ici, je vous propose une solution parmi d’autres. Pourquoi celle-là ? Parce que c’est la plus efficace que je connaisse et que je peux certifier qu’elle marche. En effet, c’est celle que j’utilise pendant mes sessions de coachings sur la visée. Pour vous donner un ordre sur l’efficacité, imaginez gagner 20% de précision sur vos points faibles en 20 minutes d’entraînement au lieu de plus de 1000 heures avec la méthode « il faut jouer beaucoup ». 20 minutes, c’est en gros la valeur moyenne du temps qu’il m’a fallu sur une vingtaine de joueurs coachés. La valeur minimale était de 15 minutes et la valeur maximale de 28 minutes.

La solution que je propose repose sur 5 étapes dont la première est vraiment la plus importante :

  1. Détectez clairement votre défaut de visée. Êtes-vous trop à droite ? Trop à gauche ? Utilisez-vous la bonne technique de visée ? Plus vous serez précis, plus vous serez concret et plus il sera facile pour vous de vous exercer. Pour détecter ces défauts, tous les moyens vous permettant d’avoir une vidéo sont bons. Vous voulez analyser vos vidéos, passez en mode image par image pour vraiment voir les détails.
  2. Une fois que vous avez détecté le défaut en question, exercez-vous à accomplir le geste correctement de la façon la plus simple possible. Pour cela, vous utiliserez les outils comme Aim Hero, AimLab, Aimtastic et bien d’autres encore. Tous ces outils vous permettent de personnaliser l’exercice. Ralentissez-la cible, agrandissez-la, rapprochez-vous, faites tout ce que vous pouvez pour rendre la tâche la plus simple possible. Le but ici est simplement d’accomplir le geste, de le répéter quelques fois pour qu’il soit simple à accomplir. Pour que cela soit simple à accomplir, il faut le faire très lentement au départ, alors n’hésitez pas à personnaliser les exercices proposés par ces outils.
  3. Une fois que vous commencez à exécuter le geste correctement, vous allez faire quelque chose de difficile ici. Vous continuerez de faire attention à chaque détail dans le mouvement que vous devez exécuter et surtout aux détails qui vous permettent de ne plus exécuter le geste incorrectement. Pour cela, vous n’augmenterez toujours pas la vitesse, vous allez essayer d’atteindre un taux de tirs réussis d’au moins 80%. 80%, c’est 8 balles sur 10 qui tombent sur la cible. C’est loin d’être facile, surtout quand vous travaillez un point faible. Ici, vous réaliserez rapidement que si vous voulez atteindre 80%, il faudra vous battre contre votre envie irrésistible de mettre beaucoup de balles, pour placer seulement celles qui ont le plus de chances de toucher la cible. Le but ici est d’accomplir le geste en étant pleinement conscient des différents mouvements que vous exécutez. Vous ne voulez surtout pas faire appel à votre mémoire musculaire pour accomplir le mouvement. Tout simplement car ce mouvement n’est pas encore acquis et votre mémoire musculaire risque de prendre le dessus et vous faire accomplir le mauvais geste dont vous essayez de vous débarrasser.
  4. Une fois que vous avez atteint les 80% de tirs réussis, vous pouvez commencer à augmenter la difficulté, ou à défaut, à sélectionner la difficulté supérieure proposée par votre outil (Aim Hero, AimLab,…). Par exemple, si la difficulté que vous avez sélectionnée en personnalisant l’exercice est inférieure au mode easy proposé par le jeu, mettez la difficulté sur easy. Si à l’inverse vous étiez au-dessus, passez en normal. Vous verrez ici que le geste sera déjà différent de celui que vous avez créé lors des étapes 1, 2 et 3. Il faudra sûrement faire des mouvements plus amples, des mouvements plus rapides, c’est à vous de vous adapter. Pour cela, rien de plus simple. Reprenez la méthode que vous êtes en train de lire depuis l’étape numéro 1, sans changer la difficulté. En clair, enregistrez-vous, détectez les moindres détails, voyez ce qui ne va pas dans le mouvement actuel et comment vous pouvez le changer, l’améliorer pour dépasser ces nouveaux obstacles qui vous empêchent d’atteindre votre cible. Ici aussi, vous veillerez à faire très attention aux gestes à exécuter, vous resterez conscient afin de mesurer chacun de vos gestes et pour ne pas faire appel à votre mémoire musculaire. Enfin, vous vous entraînerez jusqu’à atteindre 80% de tirs réussis dans ce mode de difficulté. Vous devez pouvoir le faire régulièrement, il ne faut pas que ce soit un exploit pour vous, mais plutôt une routine.
  5. Une fois que vous avez atteint le niveau de difficulté « normal », vous pouvez considérer que le geste a des bases solides. Seulement à partir de maintenant, vous pourrez vous autoriser à appliquer la règle du « il faut jouer plus ». En effet, ici vous voulez commencer à construire votre mémoire musculaire. Pour cela, continuez de faire attention aux gestes à exécuter et faites-les encore et encore. Ici, vous ne tomberez toutefois pas dans le piège de vous contenter de seulement jouer plus. A chaque fois que vous verrez que vous avez raté un tir, revoyez l’enregistrement de votre partie et essayez d’estimer pourquoi vous avez raté la cible. Est-ce que vous étiez systématiquement trop à droite, à gauche ? Votre mouvement était-il assez ample ? En apportant ces micro-corrections au fur et à mesure de votre progression et en vous basant sur des gestes correctes, vous progresserez très rapidement.

Dans cette approche, la première étape est celle qui vous prendra le plus de temps. Ensuite, il faudra 20 minutes pour exécuter l’étape 2 et 3 (ce sont les 20 minutes dont j’ai parlé précédemment). L’étape 4 dépendra de votre capacité à détecter vos erreurs et à les corriger. En vous entraînant seulement 20 minutes par jour, vous pourrez atteindre les 80% de tirs réussis en mode normal en seulement une semaine. L’étape 5 elle, est presque infinie. Mais encore une fois, ne tombez pas dans le piège de penser que le temps vous portera naturellement. C’est bien votre capacité à détecter vos erreurs récurrentes et à les corriger qui feront la différence. Ici aussi, vous pourrez corriger votre façon de tirer en 30 minutes seulement au lieu de 1000 heures. Mais parce que vous ferez à chaque fois des micro-corrections, ce processus est infini. Au bout de 5 itérations de l’étape 5, vous verrez que vous avez fait le plus gros du travail et vous pourrez commencer à lever le pied.

2. La sensibilité de la souris et les DPI (voire le poids de la souris)

CS:GO Forsaken, Cheater

Le joueur Forsaken (à gauche) sur CS:GO est pris en train de tricher en plein tournoi. Aucun réglage de la sensibilité ne vous permettra de faire ce qu’il a fait.

La sensibilité… après le légendaire « il faut jouer plus », la deuxième incroyable légende que les joueurs de jeux se racontent est la suivante : « à ce qu’il paraît, si tu trouves la sensibilité parfaite, tu ne rateras plus jamais tes cibles ». Alors on voit tous les jours de nombreux joueurs se lancer dans cette quête sans fin de la sensibilité. Malheureusement pour eux, cette quête est vraiment sans fin, car ils jouent sur des paramètres qui n’ont, à partir d’un certain seuil, plus aucune incidence sur votre précision. En clair, une fois que vous avez à peu près trouvé votre sensibilité idéale, ce qui est très personnel, après avoir atteint un certain seuil, il ne sert absolument à rien de se prendre la tête à essayer de trouver la sensibilité divine, car elle n’existe tout simplement pas. Misez plutôt sur la personne qui tient la souris : vous (au cas où ça ne serait pas assez clair).

Et les DPI alors ? Ce qui me fascine à chaque fois, c’est le nombre de joueurs qui cherchent à régler leurs DPI et qui… ne savent même pas ce que c’est au final. DPI veut dire Dots Per Inch ou pixels par pouce. En gros, si vous déplacez votre souris d’un pouce (2.54 cm), votre souris se déplacera du nombre de DPI sur le capteur de votre souris et non sur l’écran comme on l’entend très souvent. Expliqué très simplement (et en étant légèrement faux pour être honnête) : votre souris a de base, une certaine précision liée à sa construction. Cette précision se mesure en CPI, Counts Per Inch : en gros, le découpage du capteur de votre souris. Par exemple, si votre souris a de base un CPI (ou abus de langage DPI) de 800, vous allez parcourir 800 pixels sur le capteur de votre souris lorsque vous allez bouger de 2.54 cm. En augmentant les CPI (ou abus de langage DPI) sur les souris qui le permettent, vous allez en fait découper chaque pixel qui compose le capteur de votre souris et vous allez artificiellement augmenter la précision du capteur dans votre souris : ce qui vous permet de détecter le moindre mouvement de la souris. En effet, sur 2.54 cm vous parcourez par exemple 1600 pixels, 2400 pixels, 3200 pixels (des pixels virtuels cette fois-ci, car le découpage est fait virtuellement, ce n’est pas votre souris qui change de capteur pour être plus précis). C’est pour cela que les mouvements de votre curseur sont beaucoup plus fluides quand vous avez un nombre de DPI très élevé. Votre souris détecte en fait les plus petits mouvements que vous réalisez et les retranscrit à l’écran. Et évidemment, la sensibilité qui est liée au mouvement de votre curseur étant elle-même liée au nombre de pixels parcourus sur capteur de votre souris, cela va aussi augmenter la sensibilité que tous les joueurs connaissent bien. Non seulement les mouvements seront plus fluides, mais ils seront aussi amplifiés.

Concrètement sur quel paramètre ça va jouer ? Cela jouera sur la fluidité des mouvements et très très très très sensiblement sur votre précision. Pour bénéficier de cette fluidité sans ruiner votre sensibilité, vous allez devoir augmenter vos DPI et baisser le paramètre qui s’appelle sensibilité sur les jeux vidéo afin d’obtenir une sensibilité globale sur l’écran identique à votre sensibilité globale précédente tout en bénéficiant d’un mouvement plus fluide. Pour avoir votre sensibilité globale (à la très grosse louche), vous pouvez tout simplement multiplier votre DPI par la valeur appelée « sensibilité » dans les options de votre jeu vidéo.

Concrètement, ça apporte quoi sur la qualité de ma visée ? Dit simplement, rien du tout à partir d’un certain seuil. Il est clair qu’il faut un minimum de précision pour les jeux de tirs, surtout ceux où il est très fréquent de faire des tirs à très longue distance. Mais sérieusement, ne vous cassez pas la tête. Mettez cette valeur entre 800 et 1600 et c’est réglé. Moi-même je suis à 1200. J’ai moi-même étudié ce phénomène et j’ai demandé à de très nombreux joueurs (plus de 120) si le fait d’avoir plus de DPI avait effectivement une incidence sur leur visée. Ils m’ont tous certifié que cela améliorait grandement leur précision, qu’ils rataient moins de cibles. Devinez quoi, je leur ai demandé ensuite de mesurer ce gain de précision en utilisant des outils comme Aim Hero (ce n’était pas Aim Hero, car à l’époque il n’était pas sorti). Vous savez de combien leur taux de tirs réussis a augmenté en moyenne ? 1.2%. Ce test a été réalisé avec plus de 80 joueurs volontaires. Est-ce qu’ils ont changé d’avis après ces tests ? Ça pourra peut-être vous surprendre, mais pas du tout, ça a même renforcé leur foi dans la DPI. Même ceux qui ont perdu en précision (-5%) croyaient encore plus dur dans le fait qu’avoir plus de DPI était une bonne chose. Vous vous demandez sûrement pourquoi ? Tout simplement par désespoir. Ces joueurs avaient tout essayer et leur seul espoir était que la DPI les sauverait, alors devant l’évidence même que la DPI ne fonctionnait pas du tout, leur adhésion qui était basée sur un raisonnement faux à la base, s’est transformée en une foi inébranlable. Ce comportement peut vous surprendre, mais il est en fait très fréquent chez les gens qui cherchent désespérément des solutions à leurs problèmes. Vous savez qui a compris ça avant tout le monde et en abuse tous les jours ? Les escrocs.

Mais pourquoi autant de joueurs tombent dans le panneau alors que l’on sait maintenant que la sensibilité et les DPI sont une course sans fin ?

Cela repose sur une mécanique de notre cerveau très peu connu du grand public, mais dont les gens qui sont dans la communication, notamment politique et journalistique abusent grandement. Quand quelqu’un n’y connaît pas grand-chose sur un sujet, il suffit de le baratiner un peu pour le convaincre d’une chose ou d’une autre. En clair, si  vous n’y connaissez rien au DPI, il me suffira de vous baratiner pour vous convaincre que c’est le remède miracle à tous vos problèmes pour que vous y croyiez dur comme fer. Attention, cet effet ne marche que la première fois sur un nouveau sujet. En effet, une fois que la personne s’est forgé une opinion, même si cette dernière repose sur des conneries, il sera très difficile de lui faire changer d’avis.

Le nouveau DPI des temps modernes : le poids de la souris

Ah ! les marketeurs, ils ne s’arrêtent jamais d’avoir des idées pour nous soutirer de l’argent. Je le sais, je me suis formé au marketing pour mon travail. Le nouvel eldorado pour les vendeurs de souris aujourd’hui, c’est le poids. Il faut qu’elle soit toujours plus légère, toujours plus minimaliste et surtout, il faut qu’elle soit toujours plus chère. Ici aussi, énormément de gens sont convaincus que le poids de la souris est déterminant dans leur précision. J’ai seulement des résultats préliminaires pour l’instant, je n’ai fait des tests qu’avec 13 joueurs actuellement. Pour l’instant, le taux de tirs réussis augmente en moyenne de 2.8%. Je cherche des volontaires. Si vous connaissez des joueurs qui ont des souris qui pèsent moins de 90 grammes ET une autre souris de plus de 200 grammes et qui souhaitent participer à un test de 21 jours pour mesurer l’efficacité de ces souris, faites-moi signe.

Je ne vais pas avoir d’opinion aussi tranchée que pour la DPI, mes tests ne sont pas encore finis, mais je peux vous assurer que l’on est en train de voir les mêmes résultats et les mêmes comportements que pour la DPI.

Laissez-moi tenter de vous convaincre si vous êtes encore indécis sur le poids

Cette partie s’adresse aux personnes qui ont encore des doutes sur l’incidence du poids de la souris sur leurs performances. Comprenez quelque chose, tous les arguments sont bons pour vous faire acheter une nouvelle souris. Le nombre de boutons, le profilage, la possibilité de changer les couleurs, le fait qu’elle clignote, la DPI, le poids, le fait que votre joueur préféré l’utilise et plein d’autres choses encore.

Ici, j’aimerais parler d’une entreprise qui a peaufiné son marketing au maximum afin de faire payer des souris au prix fort, j’ai nommé « une célèbre marque qui met en avant le poids plume de ces souris et le fait qu’ils ont des stocks très limités » (ouais, à mon avis, s’ils sont prêts à manipuler des joueurs, ils doivent aussi avoir des avocats, alors pardonnez-moi si je n’ai pas envie de passer par la case procès). Ce qui me frappe avec ces gars-là, c’est qu’ils utilisent toutes les méthodes de la manipulation pour vendre leur souris et personne ne s’en rend compte. Que ce soit clair, je n’ai aucun problème éthique à utiliser des méthodes de marketing me permettant de cibler les personnes susceptibles d’être intéressé par ce que je « vends ». Ce blog en est l’exemple parfait. Ce blog n’est pas un blog de jeu vidéo, c’est un blog dédié aux joueurs de jeux vidéo qui jouent de manière compétitive et qui veulent se dépasser chaque jour pour peut-être en vivre. Quelqu’un qui joue uniquement pour le plaisir ne passera pas plus de 3 secondes sur mon blog et je n’ai pas de problème avec ça. Par contre, il y a certaines méthodes que je refuse d’utiliser, qui sont extrêmement puissantes. Je refuse de les utiliser, car c’est de la manipulation pure et dure. Non seulement, cela m’oblige à dire des conneries, mais en plus il n’y a aucun bénéfice pour les « clients ».

Laissez-moi vous donner quelques méthodes de manipulation que cette célèbre entreprise utilise :

  • Ils limitent volontairement leur stock à des quantités vraiment basses pour créer de manière artificielle la rareté de leur produit, cela leur permet d’augmenter le prix de leurs souris sans améliorer la qualité. D’ailleurs, très difficile de parler de qualité quand le produit en question s’use en moins d’un an et qu’ils ne vendent pas de pièces de rechange. On pourrait presque croire qu’ils cherchent à vous obliger à en acheter une tous les ans. Personne ne voit réellement ce qui se passe, car les joueurs n’ont pas forcément été formés aux techniques de marketing hardcore que j’appelle personnellement de la manipulation pure et dure. Depuis notre enfance on est câblé très simplement : pour nous, rareté = cher. Donc pas de question à se poser. Ah ! si, on pourrait au moins se demander pourquoi ils ont si peu de stock.
  • La deuxième technique de manipulation est de ne justement pas répondre quand les joueurs vous demandent pourquoi il n’y a pas assez de produits pour tout le monde. Cela les arrange bien et ils font même tout leur possible pour permettre aux joueurs eux-mêmes d’entretenir cette rareté. Il n’est pas rare de trouver des souris de cette marque sur des sites d’enchères à 3-4 fois leur prix d’achat.
  • La troisième technique est de justement pousser les joueurs à aller encore plus loin et à en acheter encore plus que nécessaire. Vendre une souris à une personne serait dans la plupart des cas suffisants, mais ici, ils poussent les gens à acheter non pas deux souris, mais 4-5. Comment ils font ça ? En disant explicitement que le nombre d’achat est limité à 5 par personne. Cela crée un sentiment d’urgence chez vous et de rareté. Vous vous dites quelque chose de stupide comme : « Wow, s’ils limitent la vente alors que personne ne le fait, c’est que ça doit être méga bien ! »
  • Pour éviter de perdre de l’argent, ils font plusieurs souris la même année, qui sont en fait des copier/coller de la série actuelle avec un habillage différent. Petit indice, c’est toujours le même poids, mais chut, il ne faut pas le dire.
  • Avant chaque lancement de nouvelles souris, ils font des annonces très étranges en parlant de choses inspirantes, mais qui n’ont rien à voir avec des souris. « Découvrez l’impossible, l’inimaginable entre vos mains », « Nous allons vous apporter la vérité et vous la rendre accessible directement par vos mains ». Cela crée chez les êtres humains l’envie d’en savoir plus. De la même façon que vous avez l’envie irrésistible de connaître la suite d’une histoire (le Cliffhanger, vous connaissez non ?).
  • Ils donnent une date très précise et une heure très précise où les ventes commenceront officiellement. Le message est du genre « Dépéchez-vous vite d’acheter, il n’y en aura pas pour tout le monde ! »
  • Enfin, vous vous félicitez de ventes absolument monstrueuses, vous remerciez vos « fans » que vous manipulez sans scrupule et surtout… vous ajoutez sans aucune honte « rien n’aurait pu prévoir un tel engouement »

Ces méthodes sont vieilles comme le monde et les meilleurs manipulateurs les utilisent. Le sentiment d’urgence dans les mails d’arnaque ça ne vous dit rien ? La promesse d’un succès fulgurant en faisant quelque chose de très simple comme d’investir 4000 € sur une action ou mieux encore en achetant une souris qui pèse 13 grammes de moins que la souris concurrente ?

Avertissement

Si une entreprise se reconnaît à travers cette description générique et qui ne vise absolument personne, sachez que c’est totalement fortuit et que je ne vise absolument personne, même si la tournure de ma phrase introductive peut potentiellement, éventuellement, peut-être, viser une ou des entreprises en particulier. Cette description n’engage que moi et peut-être, qu’il existe éventuellement, potentiellement, des méthodes très éthiques pour manipuler les gens à leur insu que je ne connais pas. Peut-être même que la manipulation est éthique si on l’observe d’un certain point de vue que je refuse d’adopter, car cela serait contraire à mes valeurs morales.

Alors c’est quoi la solution ?

Déjà, vous devez réaliser que votre problème de visée ne sera pas réglé par quelqu’un d’autre qui veut juste votre argent. Ensuite, vous devez réaliser que le seul paramètre qui influencera grandement votre visée, c’est vous. La solution est simple, vous allez prendre un réglage avec lequel vous serez confortable et vous travaillerez sur votre visée en appliquant les différents conseils que vous trouverez dans cet article. Déjà, si vous appliquez la méthode proposée dans la partie précédente, vous constaterez d’immenses progrès en seulement une semaine.

Ensuite, je vais vous donner une méthode que j’utilise pendant mes sessions de coaching. Je sais pertinemment que de nombreux joueurs se sentent perdus à cause de cette recherche effrénée de la sensibilité parfaite et de la DPI parfaite. Vous ne savez donc même plus ce qu’il faut faire pour que ce soit confortable. Je vais vous donner une méthode ici qui vous servira de base. En effet, je ne peux pas vous proposer mieux que ça, car la sensibilité est vraiment quelque chose de personnel. Je sais que certains d’entre vous penseront que je botte en touche et je sais que certains sont convaincus qu’il existe quelque part la sensibilité parfaite. Je ne peux pas vraiment lutter contre des années et des années de bourrage de crânes par nos chers amis du marketing et par des entreprises qui sont sans scrupule. Pour ceux qui me font confiance, voilà la méthode que je vous propose :

  1. Pour la DPI, ne vous cassez pas la tête, fixez une valeur entre 800 et 1600. Si vous voulez le maximum de fluidité, passez sur 1600 (et notez quelque part votre précédente valeur de DPI afin de comparer le ressenti). Pour ceux qui n’arriveraient pas à choisir une valeur, mettez 1200 DPI. Sachez qu’il n’y a pas de valeur miracle.
  2. Pour votre sensibilité, répondez aux questions suivantes : (toutes les valeurs présentées ici sont à titre indicatif, encore une fois je le redis, la sensibilité, c’est très personnel)
    1. Jouez-vous à des jeux où il faut faire des tirs à très longues distances, ce qui demande une grande précision par exemple ? Typiquement des jeux de type battleroyale ou même Overwatch car certains personnages n’ont pas de lunette de visée.
    2. Dans ces mêmes jeux, vous arrive-t-il de faire des mouvements très amples ? Pour suivre une cible qui tourne autour de vous par exemple. Ou alors pour atteindre les 4 coins de votre écran rapidement sur des jeux de stratégie ?
      1. Si vous avez répondu oui/oui. Alors il vous faudra une sensibilité à la fois basse et haute. Comment ça, ce n’est pas possible ? Vous avez tout à fait raison. Ce que vous allez devoir faire, c’est mettre la précision la plus basse possible pour satisfaire votre besoin en précision à très longue distance et vous allez devoir viser au bras pour les mouvements les plus amples. Pour cela, vous allez utiliser un système de mesures qui est le cm/360° ou cm/180° (c’est la moitié). Idéalement, il faut qu’en un mouvement de bras de gauche à droite ou de droite à gauche vous permette de faire un 180°. Cela pour une raison très simple, dans les FPS, il y a quelque chose que vous devez mesurer très rapidement, c’est de pouvoir faire des 180° pour riposter contre des adversaires qui vous attaqueraient dans le dos. Sur Overwatch, là où la situation est très fréquente, je suis à 5.5 de sensibilité pour 1200 DPI, ce qui donne 21cm/360°. N’hésitez pas à utiliser ce site pour convertir directement pour Overwatch. Il existe des sites similaires pour les autres jeux, j’en suis sûr.
      2. Si vous avez répondu oui/non. Misez sur une sensibilité basse. Ici, vous jouez généralement à des simulateurs, les mouvements n’ont pas forcément besoin d’être rapide, mais ils doivent être précis, les distances de tirs étant parfois de l’ordre du kilomètre. Ici, je pense à des jeux comme Arma. La progression sur le terrain est lente et la précision demandée à longue distance est très exigeante. Voyez celle qui vous permet d’atteindre vos cibles le plus finement possible selon les situations. Pour 1200 DPI, vous pouvez opter pour une sensibilité entre 4 et 6. Vous voulez avoir une valeur de cm/360 inférieure à 30cm/360°. Au-delà de 30 cm, vous devriez songer à plutôt faire de la natation.
      3. Si vous avez répondu non/oui. Ici, vous pouvez opter pour une sensibilité assez élevée. Il ne sert plus à rien de vous donner une fourchette de sensibilité, car sur ces jeux, la sensibilité se mesure différemment étant donné que l’écran est fixe, le ressenti est alors complètement différent. Ici, vous jouez plutôt à des jeux de stratégie de type Starcraft, ou à des jeux de tir très rapides.
      4. Enfin, si vous avez répondu non/non. Vous jouez sûrement à des jeux comme Microsoft Word, alors ne me faites pas perdre mon temps !

Voilà, j’espère avoir démystifié le truc et vous avoir permis de bien comprendre que ces histoires de souris qui ont 16 000 de DPI, c’est juste du marketing pour convaincre les personnes qui n’y connaissent rien de s’acheter une souris « haut de gamme », voire de pousser à la consommation alors qu’il n’y a aucun besoin ni aucun besoin satisfait. A une époque c’était le nombre de boutons qui était utilisé pour convaincre les joueurs, alors on voyait des souris qui présentaient 20 boutons. Aujourd’hui, c’est le poids, alors on voit des souris toujours plus légères. Demain ça sera peut-être des molettes horizontales, ou des clics plus résistants ou qui font plus de bruit. Qui sait ce que le prochain génie du marketing va inventer. En tout cas une chose est sûre, il se basera sur votre ignorance dans un domaine précis pour vous baratiner, ne tombez pas dans le panneau.

3. Jouer à d’autres jeux permet d’améliorer la visée, sous prétexte qu’il y a du tir

Cette croyance-là est assez fourbe, personne n’en parle et pourtant, tout le monde fait la même erreur. Parce que les joueurs pensent que la présence d’un système de tir est une condition suffisante pour s’exercer (il suffit de jouer plus pour être meilleur), pour améliorer sa visée, ils ne remettront jamais en cause cette technique qui consiste à jouer à plusieurs jeux de tir afin d’améliorer ses performances. Maintenant que vous avez fait le plus difficile en comprenant qu’aligner les heures de jeux ne suffira pas pour améliorer votre visée, je vais tenter de vous faire comprendre que le simple fait de tirer sur un autre jeu ne rendra pas votre visée meilleure. Cela ne vous apportera d’ailleurs aucun bénéfice sur le jeu qui vous intéresse vraiment.

Battlefield V, jeu vidéo, jeux vidéo

Battlefield V, ce jeu de tir vous apprendra énormément sur l’importance du positionnement.

Cette croyance repose sur l’hypothèse fausse suivante : « pour avoir une bonne visée sur un jeu vidéo, il suffit de savoir bien viser ». Je sais, vous vous demandez comment cette affirmation extrêmement simple peut être fausse. Ce que je veux dire par là, c’est que votre visée a des limites. Quand vous regardez un joueur professionnel jouer, vous êtes fasciné par sa visée, par son côté spectaculaire. Vous imaginez alors que ce qu’il arrive à faire repose sur de la visée pure. On ne peut pas être plus loin de la réalité. Un joueur professionnel est bien plus qu’un joueur qui sait viser ou qui a une visée monstrueuse. Sa capacité la plus importante, c’est de lui rendre la tâche facile, c’est ce travail qu’il réalise de manière naturelle et invisible pour un joueur amateur qui est aveuglé par le côté spectaculaire de sa visée. Ce que vous ne voyez pas, ce qui ne vous saute pas aux yeux, c’est son positionnement, c’est la position de son curseur avant le combat, ce sont les informations transmises entre les joueurs, c’est le game sense qui lui permet de prédire les actions de ces adversaires, c’est sa connaissance des personnages adverses et de leur stratégie qui va lui permettre de prédire les actions de ses adversaires. Toutes ces informations sont propres à chaque jeu. Le game sense d’Overwatch ne vous aidera en rien si vous êtes sur CS:GO et inversement. En tombant dans ce piège, vous commettez une erreur qui scellera votre progression : vous avez la conviction que pour bien jouer, que pour être un bon joueur, il suffit d’avoir une visée excellente, qu’il faut seulement investir dans la visée. Résultat, vous passerez à côté de tous les critères que j’ai cités précédemment pour vous concentrer uniquement sur un seul levier de performance, alors que vous pourriez avoir 10 fois plus de résultats en travaillant autre chose que la visée.

Paradoxalement, ce conseil est d’autant plus important sur les jeux où le tir est justement le critère numéro 1 de performance. En effet, sur CS:GO par exemple, la différence sera sur quelques dizaines de millisecondes. Ces millisecondes, vous les gagnerez en positionnant votre curseur là où il faut, avant même que ce soit le bon moment. Ce game sense vous aidera à prédire les actions de vos adversaires et donc à déterminer les positions-clés à occuper ou à défaut, à sécuriser avant de progresser. En sachant cela et en ayant une idée de la position de vos adversaires, votre curseur ira naturellement là où il faut pour vous faire gagner ces précieuses millisecondes.

L’autre différence, c’est que si votre game sense vous permet de positionner votre curseur déjà là où il faut, il y a de grandes chances que votre première balle touche la cible. Je vais vous parler ici d’une chose remarquable concernant la visée, si votre première balle rate la cible, il y a de grandes chances qu’une bonne partie du reste de votre chargeur passe aussi à côté, si la cible est en mouvement. Cela pour une raison simple, votre première balle qui est un raté est dû généralement à un décalage entre la position de votre curseur et la position de la cible. Quand votre cible bougera, vous bougerez avec elle, de la même façon qu’elle. Résultat, vous conserverez ce décalage et une grande partie de votre chargeur passera à côté. En étant dès le départ sur la cible, vous maximiserez vos chances que le reste de votre chargeur soit aussi sur la cible.

Alors c’est quoi la solution ?

Il n’y a rien de mal à jouer à d’autres jeux. Si vous avez envie de vous amuser, de vous détendre, il n’y a pas de soucis. Par contre, évitez de jouer à d’autres jeux et de penser que c’est pour vous entraîner. En faisant cela, vous nourrissez cette croyance que pour améliorer la visée, le seul moyen est de travailler la visée. C’est passer à côté de 80% du jeu auquel vous jouez. Ces 80% vous serviront justement à mieux viser.

La solution est d’ailleurs d’améliorer votre visée en travaillant absolument tout… sauf votre visée. Pour ça, vous vous poserez systématiquement des questions sur tout. Qu’est-ce qu’ils font ? Pourquoi ils le font ? Comment ils le font ? Qu’est-ce que ça leur apporte comme avantages, comme inconvénients ? Jusqu’à comprendre la stratégie de vos adversaires, jusqu’à bien saisir leur tactique afin de prédire ce que vos adversaires vont faire et surtout, comment ils vont le faire. Pour ça, vous n’avez même pas besoin de jouer. Vous allez d’ailleurs vous rendre compte très rapidement que le game sense que l’on est supposé développé « tout seul en jouant », ne fonctionne pas du tout comme ça. Encore une croyance qu’il faudra démolir, mais je le ferai dans un autre article. Pour améliorer ou même développer votre game sense, il faut vous poser des questions et surtout, creuser pour trouver les réponses. Ce travail vous permettra de prédire les actions de vos adversaires et de prendre les initiatives optimales.

Voilà les éléments que vous devrez travailler :

  1. Votre positionnement et celui de vos équipiers si vous jouez en équipe
  2. Le positionnement de vos adversaires
  3. Les positions-clés de chaque carte et les routes les plus courtes, les plus sécurisées, les plus avantageuses pour votre stratégie
  4. Connaître toutes les combinaisons de personnages / d’armes et la façon de les utiliser au mieux
  5. Prendre des informations (pertinentes évidemment) et les transmettre à vos équipiers
  6. Transmettre votre situation à vos équipiers
  7. Les stratégies et les tactiques possibles sur les différentes cartes, ou au moins les stratégies/tactiques directement liées à la META actuelle de votre jeu
  8. Estimez les ressources utilisées par votre adversaire ou par l’équipe en face. Sur Overwatch, on annonce quand un personnage utilise une compétence-clé : « Roadhog no hook », les capacités ultimes aussi. Sur CS:GO on parle des smokes / grenades / flash qui ont été utilisées pour ne pas être surpris pendant la phase d’approche.
  9. Plein d’autres choses encore…

Vous allez aussi vous apercevoir d’une chose qui vous est complètement passée sous le nez. Peut-être que vous avez joué plus de 1000 heures sur votre jeu, et pourtant vous êtes incapable de trouver des réponses à ces questions. Ne désespérez pas, au contraire, c’est une excellente nouvelle. Ça veut dire que vous avez des choses à travailler et que le moindre effort vous récompensera. C’est ce genre de faiblesses que vous voulez détecter dans votre jeu afin de vous améliorer. Rendez-vous compte que votre quête pour la visée parfaite vous a mené exactement dans la position inverse que vous souhaitiez. Au lieu d’être un expert, vous n’avez finalement exploré que 20% de votre jeu.

4. Il faut viser qu’avec le bras, qu’avec le poignet, ou qu’avec les doigts et votre façon de tenir la souris

Mouse grip

Comment manipuler votre souris, c’est tout un art.

Ici, on trouve des explications très farfelues. Parce que les joueurs ne maîtrisent pas la sensibilité, la DPI (ou plutôt CPI comme on vient de le voir) et qu’ils ne réalisent pas que la moitié de leur croyance repose sur des arguments marketing infondés, d’autres croyances émergent de la part des joueurs eux-mêmes. La situation est la suivante : la moitié des joueurs qui cherchent des conseils sur la sensibilité et la DPI se retrouvent face à des personnes qui leur donnent des valeurs sans vraiment leur donner d’explications. Alors, quand ils acceptent d’utiliser ces configurations qui ont été proposées sans vraiment les comprendre, ils seront très susceptibles d’écouter n’importe qui, qui dira n’importe quoi. Ici, nous retrouvons les célèbres vidéos du type « Hey, toi aussi améliore ta visée en appliquant cette méthode que tout le monde applique et qui ne marche pas du tout ». De la même manière que les fabricants de souris ont ajouté plus de DPI, les joueurs de jeux vidéo qui créent ce genre de vidéos cherchent à se différencier de la concurrence pour récolter des likes. Alors ils sont prêts à tout, quitte à mentir un peu sur les bénéfices des différentes façons de viser. Beaucoup de vidéos mettront en avant le fait de viser uniquement grâce à votre bras, même pour les petits mouvements. D’autres vous diront qu’il est plus rapide de bouger seulement le poignet et qu’il vaut mieux avoir une sensibilité légèrement supérieure afin de pouvoir faire tous les mouvements au poignet. Enfin, d’autres vous diront qu’il faut presque tout faire au doigt, parce que nos doigts sont extrêmement précis et permettent des mouvements bien plus fins. Pour valider leur approche, ils invoquent tous le même argument qui ne veut rien dire « c’est bien de viser de la façon X, parce que… mémoire musculaire ».

Que ce soit clair, la mémoire musculaire sert pour tout. Pas seulement pour viser avec le bras, le poignet, les doigts ou je ne sais pas quoi. Tout ce qui demande un mouvement, une certaine dextérité et qui sera répété passera dans la mémoire musculaire à un moment ou à un autre.

Alors, pour viser, si vous avez besoin de beaucoup de précision, vous aurez une sensibilité faible. De ce fait, pour les gros mouvements (30° – 180°) vous passerez par votre bras afin de les exécuter rapidement et en un seul geste. Pour les mouvements plus fins, comme l’ajustement de la visée (de l’ordre de 5°- 30°) vous aurez plus tendance à utiliser votre poignet. Enfin pour les mouvements bien plus fins, c’est vos doigts qui prendront le relais. Alors pourquoi une sensibilité faible si vous avez besoin de précision ? L’explication est assez simple. Plus la sensibilité est faible et plus l’erreur qui est liée à vos mouvements sera aussi faible.

Par exemple :
Imaginons que vous ayez besoin de réaliser un 180° et que cela vous prenne 20 cm (valeur pris au pif pour simplifier les calculs). Maintenant imaginons que vous fassiez ce mouvement au bras et que vous avez une précision au bras de l’ordre du centimètre (je suis très gentil, c’est plus élevé normalement). En clair, vous allez parcourir 19 cm au lieu des 20 requis. Au lieu de tourner sur vous-même de 180°, vous allez tourner de 171°, vous allez donc commettre une erreur de 9°.
Maintenant, imaginons que vous avez augmenté votre sensibilité et qu’il ne vous faut plus que 10 cm pour réaliser un 180°. L’erreur qui est lié à votre bras, elle, ne bougera pas. Vous aurez toujours une erreur de l’ordre du centimètre. Ici, vous allez parcourir 9 cm au lieu de 10, ce qui vous donnera une rotation de 162°, au lieu de 180°. Votre erreur est maintenant de 18°.
Si vous augmentez encore votre sensibilité pour atteindre 5cm/180°, vous aurez une erreur de 36°. En clair, vous serez complètement à l’ouest.

Sur des jeux où vous devez à la fois tourner rapidement sur vous-même et obtenir une excellente précision, vous devrez apprendre à jouer au bras. Mais vous continuerez de viser au poignet et avec les doigts pour affiner. Ici, j’ai pris une erreur de précision d’un centimètre pour un mouvement exécuté par le bras. Dans la réalité c’est plus haut, mais on voit déjà les conséquences d’une erreur sur le bras, même avec une sensibilité moyenne (20cm/180°).

 

Ensuite, si vous visez purement au poignet : ici, vous devrez augmenter votre sensibilité afin de pouvoir faire un 180° non pas sur 20cm, mais plutôt de l’ordre de 10cm. Parce que votre poignet a une précision plus élevée que votre bras, l’erreur de positionnement sera plus faible et vous vous retrouverez encore avec un écart angulaire de l’ordre de 10°. En effet, votre poignet peut exécuter des mouvements avec un décalage de l’ordre du demi-centimètre. Ici aussi, je suis généreusement bas, mais c’est pour faire ressortir le fait que nos erreurs liées aux mouvements de notre corps, même estimé de manière optimiste, démontrent déjà qu’il existe une erreur non négligeable sur notre écran. Ensuite, imaginons que la cible est au loin et que sa silhouette occupe 3° sur votre écran. Avec une précision de l’ordre du demi-centimètre, votre précision angulaire est de 9°. En clair, il est possible que vous ne puissiez pas atteindre votre cible, car il y a 6° d’écart entre votre précision angulaire sur votre écran et sa silhouette.

 

Et c’est pour cela que vous viserez aussi avec les doigts pour affiner votre tir. En gardant la même sensibilité que précédemment, 180° pour 10cm. Avec les doigts, votre précision est de l’ordre du millimètre (ici aussi, c’est généreux croyez-moi). Ici, votre précision angulaire sera de 1.8°. La silhouette de votre adversaire étant de 3°, vous pourrez le toucher si vous ajustez votre tir avec vos doigts.

Alors c’est quoi la réponse, avec quoi je vise ?

La réponse est assez simple. Si vous avez de gros besoins en précision (3° ça reste quand même une grosse silhouette. Sur certain jeu, les personnages ne dépassent pas 1°), vous viserez avec votre bras, votre poignet et vos doigts.

Si vous n’avez pas besoin d’une grande précision, sur des jeux où il n’y a que du combat rapproché par exemple, vous pouvez vous permettre de viser uniquement au poignet et aux doigts.

J’espère avoir réussi à vous montrer que ce choix est dicté exclusivement par vos besoins en précision et les situations dans lesquelles vous vous trouvez. C’est purement une question de marge d’erreur et de précision atteignable avec les parties de votre corps. En augmentant votre marge d’erreur, c’est-à-dire en baissant votre sensibilité, une erreur de votre bras peut quand même vous permettre de toucher la cible. Aussi que ce soit clair, ce n’est pas votre précision en elle-même qui augmente, mais c’est vraiment la marge d’erreur qui augmente.

5. Aim Hero, AimLab, Aimtastic, les 3 erreurs les plus fréquentes

Ici, je passerai très rapidement sur les deux premières erreurs que vous connaissez maintenant.
Première erreur que vous connaissez : non, jouer à Aim Hero/AimLab/Aimtastic/… à la place de votre jeu ne vous permettra pas d’améliorer votre visée. Je sais, je sais, je sais. C’est pourtant ce qu’il y a écrit dans la description de ces produits. Sachez que les gens qui font ces jeux sont tombés dans le même piège que vous et vous ne pouvez pas leur en vouloir de partager vos croyances, les croyances que partagent les joueurs de jeux vidéo en général. Laissez-moi être un peu plus précis, ce que je veux dire ici, c’est que le simple fait de jouer à ces jeux ne suffira pas. L’erreur fréquente que je constate est que les joueurs qui utilisent ces outils se contentent seulement de lancer des sessions et de « faire comme d’habitude ». Ici, appliquez la solution que je vous propose dans la première erreur.
Deuxième erreur que vous connaissez maintenant, le simple fait qu’un système de tir existe sur ces outils ne vous permettra pas d’améliorer votre visée sur le jeu qui vous intéresse. La visée pure a des limites, limites que vous pouvez repousser en vous posant des questions, en trouvant des réponses pertinentes. Pour cela, reprenez la méthode que je vous propose dans la partie sur la troisième erreur.

Maintenant, abordons les 3 erreurs les plus fréquentes que je constate et qui sont propres à ces outils. La première erreur et c’est la plus importante, c’est le fait de penser que lancer les exercices qui ont été créés par les développeurs est suffisant pour progresser. Il faut comprendre que ces exercices ne sont là que pour poser un contexte, les règles du jeu. C’est à vous ensuite de déterminer en quoi cet exercice peut vous aider. Vous pouvez même changer les règles du jeu. Par exemple, j’utilise souvent les exercices soi-disant de rapidité pour améliorer ma précision. Ici, mon but est par exemple d’atteindre un seuil de précision en étant sous pression. Cela ne veut pas dire que je veux aller le plus vite possible, cela veut plutôt dire que je veux maintenir un certain niveau de précision tout en améliorant petit à petit la vitesse. Certains exercices sont là pour vous apprendre des mouvements. Or je vois beaucoup de joueurs viser sur un exercice comportant une cible mobile de la même façon qu’il tirerait sur une cible fixe. En faisant ce type d’erreur, vous ne faites que renforcer ce que vous maîtrisez déjà et vous passez totalement à côté de l’exercice et donc de ses bénéfices.

Highest Score display

Le score peut parfois être trompeur, surtout dans une optique d’amélioration.

La deuxième erreur que je constate systématiquement, c’est la volonté des joueurs de se concentrer uniquement sur le scoring. En clair, les joueurs estiment que si leur score global est plus haut, alors ils se sont améliorés. Ce n’est pas forcément tout le temps le cas. Si vous vous entraînez sur la vitesse, le score total pourra vous aider. Mais si vous vous entraînez sur la précision par exemple, vous déciderez peut-être volontairement de tirer sur moins de cibles tout en travaillant votre précision et donc en prenant le temps d’ajuster vos tirs. Dans les exercices sur cibles mobiles, je force mes étudiants à limiter leur nombre de tirs afin qu’ils repèrent les moments où la cible est la plus prévisible et donc, quand ils ont le plus de chances de la toucher. Cela a pour conséquence d’obtenir un score total assez bas, mais au moins ils atteignent leurs objectifs qui sont d’identifier les mouvements de la cible et de tirer aux bons moments. A partir de là, ils pourront aller de plus en plus vite tout en s’assurant de bien exécuter les gestes.

Enfin, la troisième erreur est le manque de régularité chez les joueurs. Ces outils ont un point fort énorme : ils vous permettent de mesurer vos résultats et surtout, ils vous permettent de construire une mémoire musculaire en très peu de temps. En effet, les scénarios proposés sont très répétitifs, ce qui est parfait pour construire sa mémoire musculaire. A une seule condition toutefois, que vous vous entraîniez tous les jours pendant au moins 21 jours et pendant au moins 20 minutes par jour. Pour mes étudiants, je leur préconise même 30 minutes (ce qui laisse 10 minutes pour s’échauffer au cas où ils n’auraient pas pu le faire avant). Sans cette régularité, vous n’obtiendrez absolument aucun bénéfice. Le comportement que je constate le plus souvent, c’est que les joueurs qui utilisent ces outils le font une à deux fois par semaine uniquement pour avoir bonne conscience, pour pouvoir se dire « j’ai fait des efforts aujourd’hui, je me suis entraîné ». Il n’est pas question de culpabilité ici, ne vous sentez pas coupable parce que vous n’arrivez pas à progresser. Cela veut simplement dire que la méthode que vous utilisez ne marche pas. S’il vous plaît, ne tombez pas dans le piège de vous juger moralement parce que vous n’arrivez pas à atteindre les résultats que vous souhaitez.

Alors c’est quoi la solution ?

Ces outils sont extrêmement puissants si vous savez les utiliser correctement. Ici, je vais vous donner les fondations qui vous permettront de tirer le maximum de ces exercices. Cela vous prendra un peu de temps pour faire votre analyse, mais je peux vous assurer que votre progression sera fulgurante une fois que vous vous mettrez véritablement au travail. Vous verrez assez rapidement que l’on se rapproche beaucoup de la méthode que l’on a vue dans la partie sur la première erreur.

Alors les 3 points fondamentaux qui vous permettront de tirer le maximum de ces outils :

  1. La première étape consiste à détecter vos faiblesses, pour cela, complétez tous les scénarios proposés par les outils à votre disposition. Il vous faudra retravailler tous les exercices où votre précision est inférieure à 80%, s’ils sont intéressants. Nous verrons dans le point suivant comment savoir s’ils sont intéressants.
  2. Comme je l’ai dit précédemment, les développeurs qui créent ces outils ne savent pas forcément ce qu’ils font. C’est triste, mais c’est comme ça. Leurs erreurs sont souvent les mêmes et ont pour base les croyances que partagent les joueurs de jeux vidéo. Voilà les conditions que vous devez vérifier afin de vous assurer que travailler un exercice est intéressant :
    1. Est-ce que la cible change de direction toutes les 250 millisecondes (ou une valeur inférieure) ? Il faut savoir que le temps de réaction d’un joueur pro est de l’ordre de 150-200 ms dans la meilleure situation (il a juste à cliquer sur la souris et absolument rien ne le distrait). Pour un joueur normal, on tape plutôt dans les 250-300 ms. Une cible qui change de direction trop rapidement n’a absolument aucun intérêt car il est tout simplement impossible pour un être humain de la suivre. Pour vous donner un exemple, l’exercice appelé « lightning gun » sur Aim Hero est un très mauvais exercice. C’est le pire exercice de l’histoire des exercices je pense.
    2. Est-ce qu’il est possible de paramétrer l’exercice afin de le rendre beaucoup plus simple ? Augmenter la taille de la cible, réduire sa vitesse, réduire sa vitesse, limiter les zones d’apparition de la cible… plus il y a d’options, plus c’est intéressant pour vous. Vous pourrez travailler les points un à un, ce qui a nettement plus d’effets sur votre progression que de faire quelque chose qui est inaccessible pour vous.
  3. Pour chaque exercice qui a passé le test du point précédent, vous allez maintenant identifier le type de visée que vous devez travailler.
    1. Pour les cibles fixes, il vous faudra travailler le flick shot. C’est un mouvement sec de la souris suivi tout de suite après par un tir.
    2. Pour les cibles mobiles, vous travaillerez le tracking et la prediction. C’est bien l’alliance des deux qui vous permettra de dépasser les 80%. Vous travaillerez aussi votre temps de réaction, mais nous verrons ça bien plus tard. Pour la prédiction, il vous faudra analyser les mouvements de la cible dans chaque exercice que l’on vous propose et déterminer les mouvements les plus prévisibles, cette période correspondra à votre fenêtre de tir. Le tracking consiste tout simplement à suivre la cible avec votre viseur, pour cela les mouvements de la cible doivent être assez lents ou la cible en elle-même doit être assez grosse pour vous permettre d’utiliser du tracking pur.

6. Je fais tous les jours des parties personnalisées et ma visée ne monte pas alors que l’on m’a dit que ça marchait, c’est bizarre

S’il y a bien quelque chose que je déteste chez les joueurs qui font des vidéos Youtube pour récolter des likes, c’est quand ils en font en donnant de mauvaises informations. Le schéma de la vidéo est toujours le même, on vous fait miroiter des résultats révolutionnaires pour améliorer votre visée et au moment de vous présenter la méthode, on vous propose de faire exactement la même chose que d’habitude en augmentant l’intensité. Parce que ce que l’on vous propose est en parfaite adéquation avec les croyances (qui ne marchent pas) des joueurs de jeux vidéo, ces derniers les acceptent sans broncher. Certains créateurs de vidéos ont même senti que les méthodes qu’ils proposaient ne marchaient pas du tout et pour éviter de perdre la face, ils rajoutent des commentaires du type « scientifiquement prouvé » ou encore ils se mettent à changer le nom de leur chaîne et ils rajoutent des mots-clés comme « dojo », « Docteur », « YourXXXXX », « Great XXXX ». Bref, ce sont des techniques de manipulation classiques. Le meilleur reste quand même quand ils essayent d’utiliser des concepts hyperconnus pour en donner une définition complètement erronée. Une simple recherche Wikipédia leur aurait évité ça, mais même ça, ils n’y arrivent pas.

Vidéo en carton, mensonges, escrocs

Ça en jette quand l’auteur de la vidéo vous balance sa science hein ? Le seul soucis, c’est que sa description est complètement fausse. Ça sent la recherche bâclée pour faire une vidéo à l’arrache et récolter du like.

Que ce soit clair, si vous appliquez une méthode qui ne marche pas pendant 10 heures, il n’y a absolument aucune raison que la méthode se mette à marcher sous prétexte que vous le faite de manière intensive pendant 10 minutes. Vous pouvez répéter cette méthode qui ne marche pas régulièrement si vous voulez, elle ne marchera toujours pas. Vous pouvez même la faire tous les jours pendant un an, elle ne marchera toujours pas. C’est bon, j’ai été assez clair ?

Ici, je vise tous les exercices à deux balles que l’on retrouve du type « mettez des bots en mode headshot only et votre visée va décoller ! » Je ne dis pas que ces exercices n’ont rien à apporter, mais si vous pensez qu’il suffit de les lancer pour en récolter les bénéfices, vous vous trompez lourdement. Et c’est pourtant ce que l’on vous demande de faire. De la même façon qu’il faut une certaine méthode pour exploiter les outils supposés améliorer votre visée (Aim Hero, AimLab, Aimtastic), il faut aussi une méthode pour utiliser ce que l’on vous propose à travers ces vidéos. Malheureusement pour vous, ces vidéos sont faites par des gens sans scrupule à la recherche de likes et ils ne savent d’ailleurs même pas comment utiliser ce qu’ils vendent. Sur Overwatch, on en trouve un paquet qui concerne la visée, que ce soit des « Ana only », des « Lucio only », des « n’importe quoi only ». Que ce soit clair, ces exercices ne vous permettront jamais d’améliorer votre visée, car vous n’avez aucun retour sur vos performances. Vous n’avez pas la précision, vous n’avez aucune information sur les types de ratés que vous avez faits (est-ce que j’étais trop à gauche, trop à droite ?). Tout ce que vous allez faire, c’est jouer comme d’habitude sans jamais vous améliorer.

Le problème qu’il y a quand vous commencez à croire en ce genre de vidéos, c’est qu’au moment où vous n’aurez absolument aucun résultat, vous commencerez à sérieusement douter de vous. Vous commencerez à vous dire que peut-être vous n’êtes pas fait pour ça, que peut-être vous n’en valez pas la peine et que vous ne méritez pas de réaliser ce qui est important pour vous. Je pense que vous commencez à comprendre pourquoi je déteste profondément ces déchets qui mènent en bateau des milliers de joueurs pour leur profit personnel. C’est à cause de ces vidéos qu’il y a une recrudescence de joueurs qui viennent me demander s’ils pensent qu’ils ont un don, un talent inné, pendant nos sessions de coachings. Je vais être honnête avec vous, je passe beaucoup de sessions de coaching à réparer les dégâts de ces mauvais créateurs de contenus sur Youtube.

Si vous êtes un créateur de contenus de ce type, j’ai un message pour vous : vous gâchez des vies. Vous détruisez littéralement des vies, des rêves. Est-ce que ça en vaut vraiment la peine pour quelques likes et quelques abonnés  ? Je vous laisse avec votre conscience.

Alors c’est quoi la solution ?

Ne me faites toutefois pas dire ce que je n’ai pas dit. Ces parties personnalisées sont très utiles pour apprendre tout ce qui est mécanique sur votre jeu… sauf la visée. Vous êtes sur Overwatch et vous voulez vous entraîner à faire le combo flash + headshot avec McCree ? Pas de soucis, mettez des bots, enlevez le temps de recharge des aptitudes et éclatez-vous. Vous voulez vous entraîner à lancer des flash, smoke sur CS:GO ? Pas de soucis, ouvrez la console mettez-vous des flash et smoke à l’infini et c’est parti. Vous apprendrez très rapidement à travers ces parties personnalisées. Faites-le à plusieurs ça sera même amusant.

Quoi qu’il arrive, arrêtez de consulter ce genre de vidéos pour améliorer votre visée. Parce qu’elles ne marchent pas, vous ne ferez que perdre confiance en vous.

7. Pour m’entraîner efficacement, il faut que je fasse comme les pros, il faut que je vise et que je tire très rapidement

Cet obstacle, je le constate systématiquement chez les joueurs les plus aguerris. En effet, ces joueurs ont généralement acquis une vitesse d’exécution assez importante. Le seul souci, c’est que plus ils sont rapides, plus ils ratent leurs cibles. Ils essayent en fait de reproduire ce qu’ils observent pendant les tournois entre joueurs professionnels. Ils suivent alors une logique qui semble se tenir : pour faire les choses rapidement, il faut que je m’oblige à faire les choses rapidement. Le souci, c’est que cette logique marche très bien… uniquement pour les tâches, les gestes qui ne requièrent pas de technique particulière. Parce que ce sont des joueurs et que tous les jours ils manipulent une souris, ils n’ont pas l’impression que cela soit difficile.

Si on devait faire une comparaison, je prendrais un joueur d’un côté et de l’autre un musicien. Le musicien, s’il cherche à jouer plus vite, devra apprendre à jouer lentement, mais surtout, apprendre à jouer correctement. Au fur et à mesure de son apprentissage, les gestes seront de plus en plus naturels et il sera alors possible pour lui d’accélérer la cadence. Le joueur doit suivre la même logique. Le secret pour viser rapidement, est d’abord de viser correctement quitte à être beaucoup plus lent. Seulement après avoir bien acquis le geste, vous pourrez vous permettre d’accélérer.

Que se passe-t-il si vous décidez d’accélérer avec un mouvement qui est très loin d’être acceptable ? Instinctivement, vous activerez votre mémoire musculaire. Le problème, c’est que cette mémoire musculaire est associée à un geste faux, à un geste imparfait. Ce qui va se passer très concrètement, c’est que vous allez ruiner vos efforts qui visaient justement à vous apprendre à exécuter un geste correctement. En réactivant cette mémoire musculaire, vous allez indiquer à votre cerveau que le mouvement que vous vous forcez à apprendre est en fait directement lié à votre mémoire musculaire. Si vous continuez à tomber dans ce piège, il sera très difficile pour vous d’exécuter le geste correctement et lentement, car à chaque fois que vous l’exécuterez lentement, une partie de vous aura envie de passer à la vitesse supérieure. Le cerveau est assez fainéant : entre deux chemins neuronaux, l’un qui est connecté à ce nouveau geste que vous êtes en train d’apprendre et l’autre qui est directement lié à votre mémoire musculaire, il va sélectionner le chemin qui lui pose le moins de résistance : votre mémoire musculaire, et donc le mauvais mouvement. Ici, vous devrez faire des efforts de dingue pour rester concentré sur les gestes à exécuter et ne pas tomber dans vos automatismes.

Alors c’est quoi la solution ?

Comme je l’ai dit précédemment, vous devez vous appliquer sur le geste, vous devez ressentir chaque détail de ce geste et voir ce qui est inconfortable pour vous. Cet inconfort, c’est exactement cela que vous allez travailler. Vous allez apprendre à votre corps à exécuter ce geste inconfortable jusqu’à ce qu’il en ait l’habitude. Pour cela, vous allez devoir ralentir… énormément. Faire un geste beaucoup trop rapidement et vous ne vous souviendrez même pas de l’avoir fait. En prenant votre temps, en vous appliquant, vous forcerez votre cerveau à rester pleinement conscient.

Suivez ces 3 étapes :

  1. Ralentissez volontairement votre visée afin de pouvoir ressentir chaque détail du geste que vous devez exécuter. Pour cela, utilisez des outils comme Aim Hero, AimLab ou Aimtastic et personnalisez l’exercice afin de vous laisser beaucoup plus de temps pour atteindre vos cibles.
  2. Vous ralentirez jusqu’à pouvoir voir exactement pourquoi vous avez raté vos cibles en temps réel. Vous devez pouvoir dire instantanément « pas assez loin », « trop loin », « pas dans l’alignement ». Vous avez besoin de ce retour sur vos performances afin de vous corriger en temps réel.
  3. Vous allez vous forcer à corriger le geste. Si vous n’êtes pas allé assez loin, forcez-vous à aller « trop loin ». Ce que vous allez observer immédiatement, c’est que vous serez persuadé de rater votre cible, car vous aurez la conviction que vous serez à des kilomètres… pour finalement vous rendre compte que vous êtes pile dessus. En clair, votre mémoire musculaire vous faisait ressentir que vous seriez trop loin, mais vos yeux voient bien que vous étiez pile dessus. Ici, vous avez la preuve que vous ne pouvez pas faire confiance à votre mémoire musculaire. Conserver cette vitesse faible jusqu’à ce que le mouvement devienne de plus en plus naturel. A partir de ce moment et seulement à partir de ce moment, vous pourrez commencer à accélérer. Enfin, vérifier que vous êtes au moins à 80% de précision avant de changer de vitesse. Ces 80% sont très exigeants et vous pousseront à toujours faire attention aux gestes que vous devez exécuter.
AimLab, jeu vidé, jeux vidéo

AimLab, exemple de résultats à analyser.

Les résultats seront visibles en 20 minutes d’entraînement dès la première séance. Forcez-vous vraiment à être beaucoup plus lent. Moi même je réduis ma vitesse de 50ms, soit presque un cinquième de mon temps normal en plus. Mon temps de réaction est autour de 266ms et ici sur l’image, je suis à 316ms.

Voilà, c’est tout pour moi

Si vous avez réussi à lire tout ça, déjà, félicitations. Beaucoup de joueurs préfèrent, au contraire, conserver leurs croyances erronées par soucis de confort. Ici, pour commencer à implémenter ces changements dans votre façon de vous entraîner, je vous conseille d’appliquer les conseils un par un. Beaucoup des joueurs que j’ai coachés voulaient aller trop vite, ils voulaient tout améliorer en même temps. C’est vrai que c’est très motivant et ça permet souvent de commencer en cassant la baraque. Mais souvenez-vous d’une chose, améliorer la visée, c’est un marathon, pas un sprint. Conservez votre énergie, conservez votre motivation. Le moindre changement dans votre façon de visée prendra 21 jours pour être transféré dans la mémoire musculaire (en 20 minutes d’entraînement par jour). Il vous faudra beaucoup de discipline. Si vous arrivez à implémenter un seul changement parmi les sept que j’ai présentés ici, ça sera déjà une très grande victoire, pour vous, mais aussi pour moi.

Sélectionnez le changement le plus simple pour vous et essayez. Si vous avez des difficultés, des questions, n’hésitez pas à me les poser juste en bas de l’article. J’y répondrai le plus rapidement possible pour ne pas vous faire perdre votre élan.

Je vous remercie de m’avoir lu jusqu’ici et je vous souhaite bonne chance pour réaliser ce qui est important pour vous.

2 réflexions au sujet de « Les 7 erreurs qui vous empêchent d’améliorer votre visée efficacement sur les jeux vidéo »

  1. Jean-laurent

    Toujours simple précis claire !!!! J’adore, comme tout le temps je me reconnais tellement dans ce que tu décris.
    Je boss toujours mon traking. Pas assez rapide encore avec le bras, même si je fais de la natation lol ( 33cm/360).
    Mes dpi trop faible aussi du coup 400 dpi.
    J’avais pensé a augmenter un peut ma sensibilité. Ton article me conforte a le faire. Sur mes prochains repos je vais la régler a 30cm/360. Je pense que cela aidera un peut mon manque de vitesse du bras.
    Excellent travail encore. Pour moi tu es le Phil jackson des jeux vidéos !!!

    Répondre
  2. Joseph Nguyen Auteur de l’article

    Hello ici,
    C’est clairement les problématiques qui reviennent le plus souvent.
    Ah ! j’avais loupé l’info que tu étais à 400 DPI, ça joue sur la fluidité de ton curseur. Je te conseille de passer à 1200 DPI ou au moins 800 DPI et tu vas voir que ton curseur va être beaucoup plus fluide. Ça t’aidera pour ajuster tes mouvements lors du tracking par exemple.

    Alors attention, quand tu vas augmenter ta valeur de DPI, ta sensibilité va s’envoler. Donc note bien ton cm/360 si tu veux conserver le même ou si tu veux le baisser de seulement quelques cm. Comme je l’ai dit, la sensibilité, ça reste personnel.

    Merci, ça fait plaisir xD. Tiens-moi au jus !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *