Vouloir être et aimer l’idée d’être, une différence fondamentale dans les jeux vidéo

de | 8 novembre 2017

Voudriez-vous être un joueur professionnel ? Ou ne serait-ce qu’un joueur semi-professionnel ? Voudriez-vous avoir une chaîne de streaming où vous pourriez jouer à des jeux vidéo pendant que des milliers de personnes vous regardent et qu’elles vous fassent des dons parce qu’elles vous apprécient ? C’est plutôt tentant n’est-ce pas ? Mais connaissez-vous la première raison pour laquelle vous n’y arriverez pas ? Cela n’a absolument rien à voir avec le fait que cela soit difficile, le problème est situé bien avant. Comme beaucoup de joueurs de jeux vidéo, vous avez fait une confusion, cette confusion c’est celle qui fait la différence entre quelqu’un qui agit et quelqu’un qui reste dans le rêve. En faisant cette confusion et parce que votre situation ne change pas, tout ce que vous allez trouver c’est de la frustration et de l’impatience. De plus, cela va construire une illusion, un rêve dans lequel vous allez vous réfugier à chaque fois que vous serez face à un grand obstacle au lieu de passer à l’action. Autrement dit, vous n’avez aucune chance d’y arriver, mais vous maintenez l’illusion que vous êtes en train d’y travailler, soit la recette parfaite pour nourrir votre ego et rien faire en même temps.

Ici, j’aimerais démystifier cette confusion. J’aimerais vous donner clairement la différence entre un rêve et un projet. Une fois que vous serez au clair avec vous-même à propos de votre rêve qui est peut-être aussi un projet pour vous, vous arrêterez de perdre votre temps, vous commencerez à agir en alignement avec vous-même. Cela a l’énorme bénéfice de venir vous construire, vous nourrir pour être sans cesse plus fort, plus assurer et cela dans tous les domaines. En étant concentré sur votre objectif, chaque micro-décision que vous allez prendre chaque jour va venir vous rapprocher de ce rêve, vous donnez les armes nécessaires afin de livrer vos batailles et d’avancer très concrètement vers la réalisation de ce rêve. Être dans cet état d’esprit donne une énergie phénoménale, énergie qui viendra vous pousser dans les moments les plus difficiles.

La différence fondamentale entre vouloir être et aimer l’idée d’être

Jeux vidéo, jeu vidéo, Silent Hill 2

Jeu vidéo : Silent Hill 2. Difficile de comprendre ce qui est réel ou pas.

Tous les joueurs de jeux vidéo ont rêvé à un moment ou à un autre d’être un joueur professionnel. Certains ont d’ailleurs cultivé ce rêve au point où ils aimeraient passer pro. Il faut avouer que cela donne franchement envie. Etre une célébrité, être payé pour faire ce que vous aimez, vous participez à des événements importants, vous faites partie d’une équipe, vous pouvez porter un T-shirt bardé de sponsors, à la seconde où vous activez votre chaîne de streaming des gens se ruent sur votre chaîne. Si vous pensez cela, ce « projet » que vous avez de devenir un joueur professionnel n’est qu’un rêve. Le signe le plus évident qui montre cela est que vous ne pensez qu’aux avantages, qu’aux bénéfices. Oh oui, bien sûr, vous pensez aussi parfois à vos devoirs en tant que joueur pro, mais vous les balayez d’un revers de main avec une expression comme « oui c’est difficile, mais ça fait partie du métier » sans creuser plus loin, sans voir les implications dans votre vie pour arriver à ce niveau. Clairement, vous aimez l’idée d’être un joueur pro, comme beaucoup de personnes aiment l’idée d’être « le patron ».

Mais quand vous avez le projet de devenir un joueur professionnel, vous réfléchissez tout de suite différemment. Bien sûr juste avant vous avez aussi eu la phase de rêve où vous aimiez l’idée d’être un joueur professionnel, mais cette phase est maintenant finie et vous n’avez envie que d’une chose c’est de vous y mettre. La différence fondamentale entre cette phase où vous voulez être et la précédente que j’ai décrite est que vous prenez votre projet dans le bon ordre. Le rêveur pense tout de suite à la fin, à la récompense. Celui qui va agir pense à aujourd’hui, il pense à la différence entre la personne qu’il est aujourd’hui et la personne qu’il aimerait être à la fin, il voit le décalage flagrant pas seulement en termes de skill sur son jeu vidéo, mais absolument toutes les compétences qu’il devra maîtriser : réseaux sociaux, communication, interaction avec ses fans, gestion des sponsors, … Tous ces éléments réclament un véritable savoir-faire et donc du temps pour être maîtrisés, pour être assimilés.

Une méthode simple et efficace pour commencer à travailler concrètement sur votre projet dès aujourd’hui

Le premier obstacle qui va vous gêner et qui va vous empêcher de démarrer est la taille de votre projet. Il est assez simple de démarrer des projets qui prennent une semaine, deux semaines, un mois, voire même deux mois, mais un projet qui vous prendra sûrement quelques années n’a aucune chance d’être mené à bien si vous n’êtes pas préparé. Vous trouverez dans cette partie les étapes nécessaires afin d’exécuter un projet de cette taille :

  • Notez tout d’abord les 10 grands points que vous devrez maîtriser dans ce projet : skill sur le jeu, plates-formes de streaming, réseaux sociaux, marketing, communication, gestion du temps, gestion de la critique, ce qui vous plaira dans cette vie, ce qui ne vous plaira pas dans ce mode de vie, votre réseau professionnel, vos grands projets en tant que joueur pro. Pour moi ce sont ces 10 grands points, vous en aurez peut-être d’autres ou moins selon votre maturité, votre désir ;
  • Etablissez une liste de trois critères à travailler immédiatement, ce sont les critères incontournables que vous devez maîtriser en tant que joueur professionnel, ce sont les trois points qui occuperont 80 % de votre temps. Pour le reste du temps, vous avez deux solutions : soit, vous formez vous-même à la maîtrise de ces différentes compétences (lecture de livres, achat de vidéos de formation, etc.), soit, vous intégrez directement un centre de formation accéléré ;
  • Afin de progresser dans ce projet sur le long terme, vous ne vous concentrerez que sur la prochaine étape à accomplir. L’erreur typique que les gens font avec des projets de cette taille est de penser tout de suite à l’image d’ensemble, cela vous découragera fortement, vous aurez l’impression de construire une cathédrale à vous tout seul. Concrètement, vous ne ferez rien de la journée, de la semaine, voire du mois. Ne tombez pas dans ce piège, prenez les choses une journée à la fois ;
  • Pour cela, vous allez découper vos grands objectifs en micro-objectifs. Ces micro-objectifs doivent être réalisables en 20 minutes. Le bénéfice majeur de cette approche est de vous rappeler qu’à chaque fois que vous travaillez, vous accomplissez quelque chose, aussi petite soit cette chose ;
  • Dernière astuce, vous tiendrez un journal de bord. Tous les jours vous marquerez ce que vous avez réussi à faire dans l’atteinte de cet objectif, ce projet. Très souvent quand on a la tête dans le guidon, on ne se souvient même plus de ce que l’on a fait hier, la semaine dernière. En effet les jours se ressembleront beaucoup et vous aurez beaucoup de mal à voir ce que vous avez fait et surtout quand. Le piège ici est de se dire que vous n’avez rien accompli, de penser que vous n’avancez pas du tout. Prenez le temps d’écrire en fin de journée ce que vous avez réussi à faire.

Défi

A vous de jouer maintenant ! Peu importe votre projet, s’il est ambitieux appliquez la méthode. Personnellement c’est celle que j’utilise pour les projets les plus importants pour moi, pour les projets qui prennent une vie. En vous lançant ce type de projet vous réaliserez très rapidement que le voyage vaut autant la peine que la destination et cela vous motivera énormément.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *