Un ingrédient souvent oublié pour amplifier la puissance des scrims dans les jeux vidéo

de | 15 novembre 2017

Si votre ambition est de monter le plus haut possible, inévitablement vous avez déjà entendu parler du fait de revoir ses parties pour les analyser, pour trouver les erreurs et ensuite les corriger. Le problème d’avoir entendu cela, c’est que vous n’avez entendu que cela. Personne ne vous a dit comment le faire, personne ne vous a prévenu des différents pièges qui vous attendent. Si vous ne prenez pas quelques précautions avant de visionner votre vidéo, vous pourrez être sûr que la revoir et l’analyser ne vous servira strictement à rien. Concrètement, voilà ce qui va se passer : vous allez relever 200 choses qui ne vont pas, qui sont des erreurs ou qui sont au moins perfectibles, vous allez commencer à faire la liste de ces choses, ce qui vous donnera une liste interminable. Enfin, vous allez commettre la plus grosse erreur, vous n’allez pas vous fixer des objectifs pour la prochaine session. Parce que vous avez une liste dense d’erreurs, vous faites l’hypothèse que le simple fait d’y jouer et d’y penser de temps en temps suffira pour vous améliorer. Nous connaissons tous le résultat, trois mois plus tard rien n’a changé et cela est normal, car vous êtes tombé dans des pièges classiques de l’analyse en vidéo.

Ici par exemple, vous avez oublié un élément fondamental : si vous êtes en train de regarder votre vidéo, c’est avant tout pour corriger les erreurs les plus importantes afin qu’elles ne se répètent pas dans la prochaine vidéo que vous ferez. Pour certains joueurs, le fait de regarder la vidéo est un objectif, c’est-à-dire que pour eux le simple fait de la regarder avec du pop-corn dans les mains est suffisant pour s’améliorer. Du moins c’est ce qu’ils pensent, car dans la réalité absolument rien ne va changer. Ici, je vais vous donner les éléments qui vous permettront d’analyser vos vidéos proprement. Je vais vous donner des éléments qui vous permettront de passer à l’action. Des éléments qui vous permettront de corriger concrètement vos erreurs, plutôt que de les accumuler et en faire une liste. Au fur et à mesure que vous vous exercerez à le faire, cela deviendra de plus en plus simple, vous pourrez même le faire pendant la partie plutôt qu’en visionnant la vidéo plus tard. L’analyse de vos parties est un élément indispensable et extrêmement puissant pour améliorer vos performances, savoir utiliser cet outil vous permettra de multiplier par 10 votre vitesse de progression.

Avoir un spectateur pour chaque scrim, un élément très souvent oublié par les joueurs de jeux vidéo

Avant de pouvoir revoir ses vidéos, encore faut-il avoir pris la précaution d’avoir quelqu’un pour enregistrer la partie avec un point de vue extérieur. C’est l’élément que beaucoup de joueurs de jeux vidéo oublient et qui réduit presque à 0 l’intérêt de faire des scrims. Je m’explique, si vous n’aviez pas besoin de quelqu’un pour enregistrer vos parties, vous ne feriez pas autant d’erreurs. Si vous faites autant d’erreurs aujourd’hui, c’est que vous êtes incapable de voir les erreurs que vous faites et de les corriger en ayant comme point de vue votre personnage, votre écran. Concrètement, il y a un décalage énorme entre la façon dont vous pensez que vous jouez et votre jeu réel. J’ai vu des joueurs persuadés de faire quelque chose correctement, me soutenir à 100 % qu’ils le faisaient correctement, pour réaliser juste après avoir vu la vidéo que rien de ce qu’ils faisaient n’était bon. Cela est tout à fait normal, jouer vous demande une certaine attention, une certaine concentration et votre capacité à analyser la situation est donc moins efficace. Vous pouvez le vérifier très facilement : pour cela il vous suffit de parler avec un streamer pendant qu’il est en train de jouer une partie intense. Dans les moments les plus chauds, le streamer sera muet, il aura besoin de se concentrer.

Vous aurez honte de voir l’enregistrement et c’est tant mieux! Mais ne soyez pas sur la défensive

Pendant que vous regarderez la vidéo, il vous sera nettement plus simple de détecter vos erreurs. En effet, parce que vous ne jouez pas, vous pouvez facilement observer tous les détails. Il n’est pas rare d’éprouver de la honte en voyant vos vidéos, en voyant l’énormité des erreurs que vous avez commises. Ces erreurs vous paraîtront tellement évidentes que vous risquez de tomber dans le premier piège. Ce piège, c’est de croire que parce que l’erreur est évidente pour vous, vous ne la referez plus la prochaine, comme un coup de baguette magique.
Solution :
Ici, vous noterez 4 corrections à faire le plus rapidement possible pour ne pas les revoir lors de la prochaine session d’entraînement. Il est de votre devoir de trouver une méthode afin de ne pas reproduire ces 4 erreurs.

Jeu vidéo, jeux vidéo, Spec Ops The Line

Jeu vidéo : Spec Ops: The Line. Avoir un autre point de vue change radicalement votre façon d’interpréter vos actions.

Revoir une vidéo d’entraînement à plusieurs n’est jamais agréable, surtout si on n’est pas prêt mentalement à se remettre en question. Si vous êtes là dans l’optique de voir ce que vous avez fait de bien et uniquement ce que vous avez fait de bien, je vous conseille très fortement de ne pas regarder la vidéo avec votre équipe. Ne tombez pas dans ce second piège, soyez honnête avec vous-même. Le deuxième piège est de confondre l’idée de vouloir s’améliorer et vouloir effectivement s’améliorer. La première catégorie veut des félicitations et n’accepte pas la critique. La seconde n’a pas besoin de félicitations et va chercher ce qui ne va pas et elle est prête à creuser pour savoir ce qui ne va pas.
Solution : Trouver la cause racine de 4 des erreurs qu’on vous indiquera ou que vous avez vous-même trouver. Essayer d’expliquer pourquoi vous avez fait ce que vous avez fait.

Le dernier piège est de loin celui qui touche le plus de joueurs de jeux vidéo, le « oui, mais… ». Le but de revoir la vidéo est de pointer du doigt les problèmes afin que vous puissiez trouver un moyen de les régler. Tout le monde a conscience de cela, mais personne ne le fait vraiment. A chaque fois que quelqu’un vous donnera une piste d’amélioration, il y a de grandes chances que votre réflexe soit de dire « oui, mais… [excuse bidon]« . Je veux être honnête avec vous, c’est extrêmement énervant. Si vous n’êtes pas prêt à accepter la critique, inventez une excuse pour ne pas pouvoir participer, mais n’empêchez pas les autres de progresser. Si on vous dit de corriger quelque chose, c’est à VOUS de trouver un moyen de le corriger et certainement pas de vous trouver des excuses. Alors si vous voulez vous améliorer, faites-le au moins concrètement.
Solution : Ne dites plus jamais « oui, mais… » ou tout ce qui s’en rapproche. Au lieu de rejeter tout de suite la déclaration de la personne qui vous a pointé du doigt un problème, acceptez sa déclaration et trouver un moyen de régler le problème.

Défi

A vous de jouer maintenant! Lors du prochain visionnage que vous ferez, évitez les trois pièges que je viens de vous citer en appliquant les différentes solutions. Evidemment il y a bien d’autres pièges, mais ces trois-là vous occuperont pendant déjà un long moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *