[AD] Quand jouer pour la gagne vous donne l’impression de faire les bons choix

de | 7 octobre 2017

Si vous êtes un joueur de jeux vidéo compétitif qui vise à s’améliorer, mais qui reste bloqué dans le classement, cet article est pour vous. Que vous soyez bloqué depuis 2 semaines, 1 mois, 2 mois, 6 mois, le constat est le même. Vous jouez énormément sur vos réflexes et vous ne réfléchissez presque plus du tout à ce que vous faites. Bien sûr, au début vous faites attention, mais très rapidement vous basculez en pilote automatique et il est trop tard pour vous en rendre compte. Il faut savoir que dans ce mode automatique, vous allez effectivement donner le meilleur de vous-même, mais c’est le meilleur de vous-même depuis que vous êtes bloqué, donc cela peut être le meilleur de vous-même d’il y a 6 mois et plus. Et là, vous n’avez aucune chance de vous en sortir si vous ne vous rendez pas compte de ce phénomène et généralement vous ne vous en rendrez pas compte, car vous avez le sentiment de bien faire, que « c’est comme cela que le jeu doit se jouer ».

Malheureusement vous avez tort, car si cela était effectivement le cas, vous ne seriez pas bloqué dans le classement. Heureusement, il est plutôt simple de sortir de ce mode de jeu. Le plus dur sera de ne pas retomber dans le piège pendant votre séance d’entraînement. En réussissant à travailler sur vos points faibles plutôt que de jouer la gagne, votre niveau de jeu s’améliorera. En apprenant sans cesse de nouvelles choses, votre lecture de la partie sera bien plus développée. Enfin, votre classement recommencera à grimper et vous découvrirez une nouvelle sensation que vous n’avez peut-être jamais connue pour certains d’entre vous, car votre ascension dans le classement était plus due à un peaufinage de la mécanique, que d’un réel apprentissage. Voyons cela ensemble.

Pourquoi autant de joueurs jouent-ils la gagne?

Il faut savoir que jouer la gagne est bien plus qu’un réflexe, c’est une erreur fondamentale que nous nous passons de génération en génération. Des proverbes comme « quand on veut, on peut » infestent notre société et seront responsables de vos plus grands échecs. Et la forme finale de ce proverbe dans les jeux vidéo est le jeu pour la gagne. Evidemment, tout le monde veut gagner, mais ce n’est pas en jouant bêtement que vous allez y arriver ou que vous pourrez maximiser vos chances d’y arriver.

Jouer pour la gagne, c’est jouer l’escalade. Si vous ne gagnez pas, vous fournirez plus d’efforts. Si vous n’y arrivez toujours pas, vous fournirez encore plus d’efforts. L’idée est plutôt séduisante non? Sauf qu’elle oublie un grand détail, encore faut-il que les efforts soient dirigés vers les bons éléments. Essayer d’améliorer un critère alors que vous avez encore 3 points faibles que vos adversaires ont repérés et en abusent ne vous sera d’aucune utilité.

Les symptômes d’un joueur qui joue la gagne

Jeu vidéo, jeux vidéo, Theme Hospital

Jeu vidéo : Theme Hospital. Un jeu où vous devez gérer un hôpital où les patients sont atteints de maladie plutôt… loufoques.

Le premier symptôme que beaucoup de joueurs connaissent et qui est le plus évident est le fait de ne pas progresser du tout, même au bout de 6 mois, un an, voire deux ans. Si cela ne vous suffit toujours pas à vous détourner de cette approche, voyons les autres symptômes :

  • Vous n’avez plus aucune analyse. Si vous jouez un rôle qui est supposé infliger des dégâts, vous ne mesurerez votre performance qu’en comptant le nombre de joueurs que vous avez tué. Vous serez totalement aveugle sur des critères comme votre placement, la protection de vos alliés, de vos supports, l’utilisation optimale des capacités de votre personnage. Tout cela est très bien et vous fera monter très rapidement dans le classement au début. Puis, quand vous serez face à des joueurs qui maîtrisent les éléments où vous étiez totalement aveugle, vous ne progresserez plus du tout, pas d’un poil.
  • Vous jouerez sur la base de ce que vous ressentez, vos sentiments, plutôt que sur votre analyse de la situation. Quand vous jouerez un rôle qui doit faire des dégâts, vous ne vous sentirez bien qu’en faisant ces dégâts. En clair, vous allez jouer la surenchère, vous allez essayer de tirer tout le temps sur n’importe quoi, tout cela pour vous sentir bien, car c’est votre seul repère de progression. Mauvaise nouvelle pour lui, se sentir bien est l’effet inverse de progresser. Prenez n’importe quelle activité, si vous pouvez le faire pendant des heures et des heures, tout en vous sentant bien, vous ne vous améliorez pas. Il en va de même pour les personnages qui peuvent soigner, vous essaierez de soigner tout le temps, tout le monde, même celui qui est parti tout seul à 1 contre 6 et vous allez mourir bêtement.
  • Si vous jouez en équipe, vous aurez la conviction que vos décisions sont systématiquement meilleures que celles de votre chef d’équipe. Peu importe ce qu’il dit, vous ferez ce que vous avez à faire pour gagner.
  • Lorsque vous voudrez analyser vos parties, vous réfléchirez en vous posant de très mauvaises questions qui peuvent se résumer par : « qu’est-ce que je peux faire pour gagner? », soit quelque chose d’extrêmement vague. Et devinez quoi? Vous allez retomber sur le même système de raisonnement que précédemment, en clair, vous allez faire toujours plus de la même chose en espérant avoir d’autres résultats.

Comment sortir de ce mode de jeu qui est maintenant devenu un réflexe, même une part de vous

Il ne vous suffira pas de simplement vous dire que vous devez arrêter pour le faire. Je veux que ce soit clair, plus vous avez passé de temps dans ce mode de jeu en pilote automatique et plus votre corps entier sera tourné vers ce mode de jeu. Faire différemment vous donnera une sensation désagréable, alors que de retourner dans vos travers vous récompensera immédiatement par une sensation de bien-être et de confort.

Pour sortir de ce mode, vous devez faire attention à tout ce que vous avez négligé jusque-là. Bonne nouvelle pour vous, vous savez déjà ce que c’est. Si vous êtes bloqué depuis longtemps, vos connaissances sur le jeu dépassent de loin votre niveau de jeu réel. Vous allez venir travailler ce que les joueurs pros ont de mieux que vous (ça en fait des choses!).

Une fois que vous avez repéré le critère que vous aimeriez travailler, vous allez en faire un exercice concret à refaire le plus possible pendant la partie, même si cela veut dire que vous allez perdre. Vous devez réussir à casser cet automatisme pour commencer à nourrir votre jeu, le renforcer. Par exemple :

Je joue le rôle de soigneur dans mon équipe, je constate que des joueurs se positionnent mal et m’obligent à m’exposer systématiquement, je suis donc souvent puni par mes adversaires pour mon mauvais positionnement. Votre exercice sera de… ne pas y aller et d’attendre qu’ils reviennent plutôt que de les encourager à faire ce genre d’action. Cela a l’air simple pas vrai? Essayez pour voir, le simple fait de ne pas les voir revenir ou trop tard, vous rendra dingue, cela vous demandera un effort constant pour ne pas sauter à son secours (qui est souvent synonyme de votre mort, puis celle de votre équipe).

Commencez doucement, voyez comment vous réagissez à ces changements. Faites-le au moins pendant une heure par session de jeu. Au-delà de cette heure, jouez pour vous amuser, retomber dans vos travers, mais surtout, voyez la différence.

Défi

A vous de jouer maintenant. Peu importe le jeu auquel vous jouez. Regardez votre niveau de jeu et comparez-le à celui d’un pro, qu’a-t-il de plus que vous concrètement? Décomposez tout ce qui fait qu’il est meilleur que vous et choisissez un critère que vous pensez pouvoir travailler dès maintenant. Faites-vous un exercice, appliquez-le une heure par jour jusqu’à ce qu’il devienne un automatisme et passez au critère suivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *