[AD] L’illusion du planning dans les jeux vidéo

de | 16 août 2017

Si vous cherchez la performance dans les jeux vidéo, il vous est déjà arrivé de vous fixer des objectifs, parfois ambitieux. Pour maximiser vos chances d’atteindre vos objectifs, vous avez certainement eu le réflexe de vous faire un planning. Or, quand vous cherchez à vous améliorer, c’est justement ce qu’il ne faut pas faire. S’améliorer veut dire apprendre à faire des choses que vous ne savez pas faire. En faisant un planning, même si celui-ci est très généreux sur le temps alloué à chaque tâche, cela ne générera que de la frustration au mieux. En effet, si vous atteignez un de vos objectifs dans le temps imparti, vous serez fier de vous… pendant 3 secondes. Parce que cela est inscrit dans le planning, vous considérerez cet événement comme quelque chose de normal alors que vous venez de réaliser un exploit. Vous l’aurez compris, plus vos objectifs sont ambitieux et plus vous aurez de chances d’être frustrés par votre aventure.

Ici j’aimerais vous donner des explications sur ce que j’avance afin que vous compreniez bien dans quels pièges vous tombez quand vous décidez de réaliser un planning pour faire quelque chose d’inédit pour vous. Je veux aussi vous faire comprendre que faire un planning n’exprime pas simplement le besoin de poser toutes les tâches afin d’y voir plus clair. C’est avant tout un acte désespéré de vouloir contrôler ce qui est incontrôlable. Si vous êtes lecteur de ce blogue, vous savez pertinemment ce que vous allez retirer de cette action, beaucoup de frustration. En comprenant le mécanisme du planning que je vais exposer ici, vous pourrez à votre tour éviter ce piège dans de nombreuses facettes de votre vie, notamment le monde professionnel. Ce monde avide de contrôle, de planning, d’estimation, de projection etc. En sachant vraiment ce qu’est un planning, vous arriverez à vous détacher de cet outil souvent présenté comme une solution-miracle à tous les problèmes afin de la voir pour ce qu’elle est réellement, un beau dessin dans un monde parfait.

Planifier des choses inédites, ou comment se planter en beauté

Dans cet article, quand je parle de planning, d’estimation ou de projection, je ne parle que de le faire dans un contexte inédit ou dans un contexte qui vous pousse à faire des choses que vous n’avez jamais faites auparavant. Evidemment, si cela fait 100 fois que vous faites la même tâche, un planning vous sera très utile afin d’estimer le temps nécessaire pour réaliser chaque tâche. En dehors de ce contexte connu très précis, un planning est selon moi, bon à jeter.

Quand vous décidez de vous améliorer dans les jeux vidéo (ou dans tous les autres domaines en fait), vous ne disposez pas de ce luxe qui vous permet de tout estimer correctement. Vous n’avez pas l’expérience nécessaire pour le faire, tout simplement, car vous ne l’avez jamais fait. Si s’améliorer était planifiable, tous les joueurs de jeux vidéo qui jouent depuis très longtemps seraient des joueurs professionnels. Or nous savons que cela est très loin d’être le cas.

Jeu vidéo : Endless Legend. Un jeu où la planification est primordiale. Si tout pouvait être aussi prédictible que dans ce jeu…

J’ai coaché plusieurs joueurs de jeux vidéo qui voulaient s’améliorer. Ceux qui ont échoué le plus brutalement étaient les joueurs qui m’avaient demandé expressément de les aider à établir un planning. Malgré mes mises en garde contre cet outil, ils ont insisté. Alors, je les ai assistés même si mon rôle était très secondaire. En effet, je me contentais de fractionner les objectifs qu’ils avaient en mini-objectifs. Pour chaque mini-objectif, je triplais les temps nécessaires qu’ils avaient estimés. A plusieurs reprises ils m’ont dit des choses comme « ouais, c’est vraiment dans le pire des cas que cela va me prendre 3 semaines ». Eh bien je peux vous assurer que même après avoir triplé le temps alloué à l’atteinte du mini-objectif, le joueur n’y arrivait toujours pas et cela générait énormément de frustrations. Au point où il s’est mis à croire qu’il ne méritait pas d’être meilleur, qu’il était mauvais, qu’il se définissait comme quelqu’un de nul. Mais en fait, il n’a fait que tomber dans le nombre incalculable de pièges qui se trouvent dans un planning (dès lors que vous voulez faire quelque chose d’inédit, je le répète).

Les 5 pièges principaux de l’illusion du planning

Ici, je veux lister explicitement les différents éléments qui rendent un planning totalement inutile voire même contre-productif quand vous allez faire quelque chose de nouveau pour vous.

1. Un nombre incalculable d’hypothèses

Tout d’abord, peu importe qui a rédigé le planning, un planning repose sur des hypothèses. Les hypothèses les plus courantes sont : « si tout se passe bien », « s’il n’y a pas d’imprévu », « si les ressources allouées sont suffisantes », « si je sais faire », « si je sais apprendre », etc. Vous l’aurez compris, vous faites des hypothèses en permanence et cela est normal. Par contre, l’erreur que vous commettez est souvent de ne pas faire apparaître clairement ces hypothèses. Au point où votre « pire cas » reste encore une hypothèse très généreuse sur vos capacités ou sur la difficulté du projet.

2. Vous vous posez les mauvaises questions, votre cerveau vous donne alors de mauvaises réponses

L’élément qui permet de faire ces hypothèses de manière naturelle, sans que l’on s’en aperçoive, c’est notre cerveau. Notre cerveau est une machine à résoudre les problèmes. Il a des capacités de projections très performantes, mais si vous lui posez une mauvaise question, forcément la réponse sera mauvaise.

3. Le planning ne joue que sur le facteur temps

Pourquoi votre cerveau vous donne-t-il de si mauvaises réponses? C’est parce que l’outil que vous avez choisi : le planning est extrêmement mauvais pour les objectifs inédits que vous essayez d’accomplir. Le planning ne fait apparaître qu’une seule chose et n’a qu’une seule ressource : le temps. Quand vous demandez à votre cerveau « comment est-ce que je vais atteindre l’objectif X? », parce que la seule ressource disponible du planning est le temps, votre question va se transformer en « en combien de temps est-ce que je vais atteindre l’objectif X? » ce qui n’est pas du tout la même question. Or, parce que vous ne réfléchissez qu’en fonction du temps, vous ne pourrez pas entrevoir les obstacles qui se dresseront sur votre chemin. De ce fait, le cerveau ne peut pas vous donner une estimation du temps proche de la réalité, car vous n’avez pris aucun obstacle à part le temps.

Pire encore, quand vous serez devant un obstacle, vous vous direz que ce n’est qu’une question de temps avant de franchir cet obstacle. Or c’est absolument faux. Il ne suffit pas de jouer pour être meilleur, sinon, tout le monde serait joueur professionnel.

4. Selon le planning, toutes les heures sont égales, faux

Toutes les heures ne sont pas égales. Pour mon cas, je suis nettement plus performant à 10h du matin qu’à 16h. Pourtant, le planning lui, n’en tient pas compte. Pour lui, une heure est une heure. Bien sûr, vous pouvez toujours vous voiler la face et mettre des tâches simples dans les heures où vous n’êtes pas performant, mais cela ne changera rien au fait que si vous voulez faire quelque chose de nouveau, vous aurez besoin des heures où vous êtes performant, mais aussi celles où vous ne l’êtes pas.

5. Mais que vais-je faire de ces 10 minutes?!

Le planning voit d’un très mauvais oeil tout ce temps que vous gâchez à ne rien faire. Dix minutes le matin, 20 minutes l’après-midi. Et là, vous allez vous poser une question idiote : « mais que vais-je bien pouvoir faire de tout ce temps? Il faut vite que j’y mette quelque chose ». Notre cerveau a un autre biais, quand nous savons que nous avons un objectif à accomplir, le cerveau préférera nous garder occupé à faire quelque chose d’inutile plutôt que de se reposer. Nous sommes naturellement biaisés à passer à l’action. Au point où si nous ne faisons pas attention, nous perdons de vue l’objectif initial pour le voir se transformer en « il faut être occupé tout le temps ». Si vous avez lu quelques livres sur le planning, vous avez dû vous rendre compte que la majorité des « progrès » réalisés dans ce domaine consiste à vous donner les meilleurs outils afin de combler tous ces temps morts de 5 minutes où vous ne faites rien, honte à vous!

Franchement, reposez-vous si vous en avez la chance.

Une méthode simple et efficace pour rester motivé sur la durée et progresser vers ses objectifs

Vous l’aurez compris, pour atteindre un objectif, il ne suffit pas de simplement lui allouer assez de temps. Les deux autres ressources nécessaires sont l’énergie et la compétence. De ce fait, ma méthode consiste à réduire l’importance du facteur temps et à donner plus de place à l’énergie et la compétence (ajouter l’argent si vous êtes dans le monde professionnel).

Ma méthode tient en deux règles très simples :

  1. Je ne m’entraînerai que pendant les laps de temps où mon énergie est maximale. En dehors de ce créneau horaire, je ne jouerai que pour m’amuser. Mon niveau d’énergie est maximal une heure après avoir arrêté le travail. Le temps que je vais allouer dépendra de la journée. Si cela a été une journée difficile, je ne m’entraînerai que 30 minutes, si j’ai plus d’énergie, je pourrais aller jusqu’à 1h30. Cette première règle répond à la nécessité du temps et de l’énergie.
  2. Après chaque séance d’entraînement, aussi courte soit-elle, je dois pouvoir répondre aux questions : « qu’est-ce que j’ai appris aujourd’hui qui m’a permis de mieux comprendre le jeu? » et « qu’est-ce que cela va changer dans ma façon de jouer? ». Si je ne peux pas répondre à ces deux questions de manière concrète et visible dans le jeu en lui-même, alors j’ai perdu mon temps, je n’ai fait que passer le temps. Cette seconde règle vise à améliorer ma compétence. Evidemment, parce que les laps de temps sont courts, les changements seront très superficiels, mais cumuler plusieurs petites choses fait clairement la différence sur le long terme.

Défi

A vous de jouer maintenant! Pour ce défi, répondez à ces deux questions :

  • A quels moments de la journée mon énergie est-elle maximale?
  • Quelles sont les compétences/connaissances que jai besoin d’assimiler afin d’être un meilleur joueur?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *