Les scénarios-catastrophes dans les jeux vidéo

de | 24 mai 2017

Trop souvent je vois des joueurs en coaching qui ont peur de faire des essais. A cause de cette peur, ils ne peuvent pas étendre leur horizon, enrichir leur jeu. Ils se cantonnent à ce qu’ils connaissent et imaginent toujours le pire quand ils sont dans l’inconnu. Résultat, ils ne parviennent jamais à réagir face à de nouvelles menaces. Ils n’essayent même pas et cela a des conséquences catastrophiques sur leur jeu. A chaque fois qu’ils seront confrontés à cette même menace, ils nourriront cette peur, à un point où elle deviendra purement irrationnelle. Ils seront incapables d’expliquer  pourquoi ils réagissent d’une certaine façon et après avoir creusé, ils vous décriront un scénario digne des plus grands (mauvais) films de Hollywood pour vous expliquer leurs peurs.

J’aimerais vous présenter ici un élément qui vous permettra de vous débloquer, de sortir de ce piège dans lequel vous êtes resté trop longtemps et qui a fini par devenir votre prison dorée. J’aimerais casser ce sentiment en vous qui vous fait penser que ce qu’il y a à l’extérieur de votre zone de confort n’est que souffrance. Cela vous permettra de dépasser vos peurs, prendre des mesures pour contrecarrer efficacement votre adversaire, dérouler votre jeu et ainsi maximiser vos chances de gagner. Aussi, cela vous permettra de reprendre confiance en vous et vous pourrez profiter de vos jeux vidéo à leur plein potentiel.

Qu’est-ce qui pourrait t’arriver dans le pire des cas?

Jeu vidéo : Mass effect 3, invasion des moissonneurs.

Cet élément qui vous permettra de vous libérer de vos peurs, c’est le scénario-catastrophe. Parce que nos peurs sont avant tout irrationnelles, elles n’ont pas besoin de raisons pour avoir des effets sur nous, pour nous paralyser. Les effets sont d’autant plus forts si ce dont on a peur est vague. Par exemple, vous n’avez pas peur du noir, mais de ce qui s’y trouve. Et qu’est-ce que l’on y trouve? De tout et n’importe quoi. Parce qu’elles sont irrationnelles, elles peuvent aussi être impossibles. Dans les jeux vidéo, vous avez peur que votre adversaire vous attaque, qu’il ait deux fois plus de puissance de feu, qu’il soit beaucoup plus fort que vous, que le monde lui appartient et que vous êtes à sa merci (pour faire court). Ce type de « raisonnement » est dévastateur, non seulement vous ne pouvez pas entrevoir vos options, mais vous exagérez sa situation, ses avantages par rapport à vous.

Le remède est donc le suivant, vous allez créer votre scénario-catastrophe. Ce scénario-catastrophe doit être plausible. Ici, votre adversaire ne peut pas avoir tous les avantages, s’il a un avantage quelque part, il a une faiblesse et c’est à vous de la trouver. Votre scénario-catastrophe doit répondre à une question plus ou moins précise et de manière pessimiste :

  • Que se passerait-il s’il m’attaquait avec la méthode X?
  • Que se passerait-il si je prenais le risque de l’attaquer maintenant?
  • Que se passerait-il si je ne jouais pas ma carte à ce tour et que j’attende le prochain tour pour la combiner avec une autre carte?

Bien sûr ici, il ne s’agit pas de répondre en étant irrationnel, bien au contraire. Vous allez faire l’hypothèse qu’il va se passer quelque chose et vous allez décortiquer de façon extrêmement précise, comment il aurait pu mettre son plan à l’œuvre. En effet, si vous faites l’hypothèse qu’en l’attaquant maintenant, vous allez perdre, car une météorite va s’écraser sur vous, cela ne vous amènera à rien. L’exemple peut paraître ridicule, mais quand vous verrez vos premières estimations en utilisant le scénario-catastrophe, vous réaliserez que vous n’êtes pas très loin. En faisant l’hypothèse et en estimant la faisabilité de cette hypothèse, vous réaliserez rapidement que votre scénario-catastrophe est irréaliste et donc qu’il ne peut pas se produire. Par contre, vous commencerez à esquisser les éléments importants qu’il faudra relever lors de votre match afin d’identifier le jeu de votre adversaire et cela vous donnera un avantage conséquent sur ce qu’il faut observer, ce qu’il faut reconnaître/identifier.

La recette

Donc, prenez le cas où vous avez une peur monstrueuse sur une stratégie de votre adversaire et posez-vous ces 5 questions en y répondant de manière extrêmement concrète. Il faut que le jeu de votre adversaire se déroule sous vos yeux.

  1. Que se passerait-il s’il utilise la méthode X?
  2. Combien de puissance de feu disposerait-il? Que cela soit en unité de combat ou en points de vie qu’il peut vous retirer ou encore une forme de dégât qu’il peut vous infliger
  3. Que lui faudrait-il faire pour atteindre la puissance de feu qui correspond à mon hypothèse?
  4. Mon hypothèse est-elle réaliste/faisable?
  5. Est-ce que je vais perdre pour autant? La réponse sera presque tout le temps non

Défi

Grâce à ces questions, vous transformerez votre cerveau qui servait à nourrir une peur irrationnelle en un allié extrêmement puissant capable de lire les actions de vos adversaires. Encore une fois, votre cerveau est une machine à résoudre les problèmes, posez-lui les bonnes questions et vous serez surpris du résultat. Lancez-vous, essayez la méthode. Je l’utilise moi-même sur tous les jeux nécessitant de l’analyse et les résultats sont extraordinaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *