L’épuisement de la volonté dans les jeux vidéo

de | 28 avril 2017

Avez-vous déjà joué des parties extrêmement intenses de jeux vidéo? Des parties où à la fin, vous êtes épuisé et que si le jeu vous le permet (et si vous avez gagné), vous revisionnez immédiatement la partie en revoyant vos actions et celles de votre adversaire. Vous n’avez qu’une seule envie, c’est de revivre ce genre de partie. Néanmoins, il est très peu probable que cela se reproduise, mais pas pour les raisons que vous pensez. En fait, ce genre de partie vous demande beaucoup d’énergie et une concentration hors norme. La raison est extrêmement simple, vous venez de battre quelqu’un de beaucoup plus fort que vous, vous l’avez eu à l’usure, il a craqué avant vous alors qu’il n’aurait jamais dû craquer. C’est donc avec plein d’espoir que vous vous mettez à la recherche d’une nouvelle partie de ce genre, mais elle n’arrivera pas avant un très long moment.

Ici, je vais vous partager une mécanique qui vous permettra d’optimiser votre énergie. Cela vous permettra de rester concentré plus longtemps, progresser dans le classement pour combattre des adversaires plus compétents que vous. En optimisant l’utilisation de votre énergie, vous réussirez à battre ces nouveaux adversaires de plus en plus souvent. Durant ces parties, vous en apprendrez énormément sur le jeu en lui-même, mais aussi sur vous. Vous apprendrez que vos capacités sont en fait bien au-dessus de ce que vous pensiez. Cela vous motivera grandement et vous progresserez extrêmement rapidement pendant cette phase.

La clé pour vous dépasser est la volonté

Attention, ici il ne s’agit pas de la volonté qui consiste à dire « je veux progresser! », non ici je veux parler de la volonté en tant que ressource. Toutes les parties endiablées que vous avez vécues partagent une chose en commun et qui sautent aux yeux : vous n’avez pas joué comme d’habitude, vous avez pris les bonnes décisions, du moins elles étaient bien meilleures que les décisions que vous prenez habituellement. Ce que je veux dire ici, c’est que d’une manière consciente ou non, vous avez fait usage d’une quantité phénoménale de volonté pour inhiber vos automatismes, ces mêmes automatismes qui sont responsables de vos défaites et qui vous empêchent de progresser.
La volonté peut être vue comme un outil pour lutter contre nos instincts, pour prévenir nos automatismes (surtout les mauvais). A chaque fois que vous essaierez de travailler contre votre pilote automatique pour vous améliorer par exemple, vous utiliserez une dose de volonté. Malheureusement, nos réserves de volonté sont limitées et s’épuisent à chaque microdécision que nous prenons. Pensez à toutes ces publicités autour de nous, le simple fait de se priver, de se dire « je n’en ai pas besoin » consomme de la volonté. Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est si difficile de résister à une glace quand il est 20h30 et que vous faites un régime, votre réserve de volonté est minimale en fin de journée.

Photographe : Susanne Nilsson

Le professeur Roy Baumeister, psychologue social spécialisé dans l’étude de la volonté, a découvert qu’à chaque fois que nous faisons usage de notre volonté, un carburant physiologique est consommé : la glycémie. A chaque fois que nous résistons, que nous luttons contre nos instincts, une grande quantité de glucose est consommée. Cette limite de la volonté est donc aussi physique et il est normal de se sentir fatigué.

Votre nouvelle amie, la structure directrice

Si nous ne pouvons pas agir sur notre réserve maximale de volonté ou notre façon de la consommer, nous agirons sur notre environnement afin de limiter la fréquence à laquelle la volonté sera utilisée et sa quantité. Quel est le plus efficace pour ne pas manger de la glace le soir? En avoir dans son frigo et résister en sachant que la glace nous attend, ou ne pas en acheter du tout et ne pas en avoir à portée? Vous l’aurez compris, ici pour conserver votre volonté ou minimiser son utilisation, vous agirez sur votre environnement direct. Dans l’exemple de la glace, ne même pas en avoir chez soi vous permettra d’y résister, je dirai même de ne même pas y penser ce qui ne consomme aucune volonté.

Les jeux vidéo consomment en permanence notre volonté, surtout si nous essayons de progresser. En effet, quand on cherche à progresser, on lutte perpétuellement contre ses mauvais réflexes, ses mauvais raisonnements. Plus vous devrez faire d’effort sur vous-même et plus vite vous vous épuiserez jusqu’à ne plus avoir assez de volonté pour progresser.
Vous utiliserez ici un effet de levier extrêmement puissant pour progresser, vous changerez radicalement votre environnement de jeu. Au lieu de viser la performance, vouloir être le meilleur, vouloir être parfait, vous jouerez en vous fichant complètement de l’issue de la partie. Vous ne viserez qu’une chose, améliorez un critère dans votre jeu. Et si tout le reste de la partie est immonde, c’est tant… mieux, car votre unique but était d’améliorer seulement un critère. Personnellement dans certains jeux, je n’hésite pas à me mettre dans une situation délicate juste pour m’exercer à m’en sortir, mon exemple le plus fort est Battlefield 1, un jeu de tir. Ma précision sur ce jeu était très… lamentable en fait, alors pour m’améliorer, j’ai décidé de me poser un défi et un seul : que toutes mes balles atteignent leurs cibles, voilà les implications de ce défi :

  • Aucun combat ne sera pris à longue distance
  • Je n’utiliserai pas d’arme automatique, car je suis sûr de ne pas respecter mon défi avec ce genre d’arme
  • Je perdrai la plupart de mes duels
  • A chaque duel perdu, je me mordrai la langue tellement, ce défi stupide m’a empêché de faire de belles actions! je résisterai à la tentation de jouer pour gagner!

A partir de ce défi qui ne visait qu’à améliorer ma précision, tout mon jeu s’est amélioré. Pour compenser l’interdiction de combat à longue distance, je changeais de route et j’empruntais des chemins étranges pour me rapprocher de mes adversaires. Pour contourner le fait de perdre la plupart de mes duels, je m’arrangeais pour avoir l’initiative et être dans le dos de ma cible. Pour compenser ma précision misérable, je faisais parfois un détour immense pour tirer sur des adversaires immobiles. Résultat, mon taux de précision est passé de 30% en temps normal à près de 80% pendant ce défi. Evidemment, je n’ai jamais atteint les 100% et la quantité d’effort pour passer au-dessus de 80% était tellement grande qu’il était contre-productif de viser plus haut. Mais en tout cas une chose est sûre, j’ai joué les pires parties de ma carrière pendant ces défis. Je n’ai pas arrêté de perdre avec les pires scores au monde, mais le plus beau dans tout cela, c’est que je m’en fichais totalement et que, maintenant, je récolte le fruit de mon travail. J’ai maintenant une précision moyenne pendant une partie de 64% quand je joue pour gagner au lieu des 30% avant le défi. Sur tous les plans, je suis devenu un meilleur joueur de Battlefield 1.

Essayez, résultats garantis

Pour faire cet exercice, voilà la recette :

  1. Mettre son ego de côté et accepter de jouer pour perdre. Vous devez même chercher la défaite
  2. Changer les règles du jeu (= la structure directrice) pour vous permettre de progresser efficacement et retirer le meilleur de vos sessions d’entraînement
  3. Coupez-vous de toutes sources susceptibles de vous faire replonger dans vos travers (ne pas regarder les scores, ne pas tenir compte des commentaires désagréables de vos équipiers,…)
  4. Résister, résister, résister à vos instincts qui vont vous pousser à rompre votre promesse pour réaliser une belle action

Défi

A vous de jouer maintenant! Travaillez sur votre plus grand point faible, ou sur un objectif que vous essayez d’accomplir mais qui, à chaque fois que vous revoyez l’enregistrement, vous donne envie de vous cacher tellement vous avez honte. La première session sera très dure et je vous conseille fortement de faire une courte session (15 minutes au maximum). Puis vous pourrez monter jusqu’à une heure si vous êtes motivé, mais une session de 30 minutes est déjà énorme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *