[AD] La concentration sur la menace dans les jeux vidéo

de | 1 mai 2017

Vous êtes-vous déjà retrouvé dans la situation où pendant une partie, vous identifiez clairement les actions de votre adversaire. Il va vous attaquer, vous savez exactement comment, par où et avec quoi. Avant le combat, vous êtes sûr de pouvoir le repousser parce que vous avez déjà été victime de cette technique de nombreuses fois et qu’après analyse, vous pensez avoir identifié clairement les éléments qui vous ont fait défaut. Vous vous sentez maintenant prêt à le contrer. Enfin, il arrive et vous attaque, vous identifiez instantanément tous les éléments de sa technique, vous êtes persuadé que vous allez gagner. Sauf que, vous vous faites détruire encore plus fort qu’avant. Et là, c’est l’incompréhension totale. Par dépit, vous allez revoir votre partie, ce qui s’est passé exactement, et là, vous comprenez encore moins ce qui s’est passé, pourquoi cela n’a pas marché. Tout ce que vous retirez de cette expérience, c’est de la frustration, de la colère et un dégoût total du jeu.

Vous êtes en fait victime d’un mal qui est extrêmement répandu, aussi bien dans les jeux vidéo que dans la vie. Dans la vie professionnelle, il engendre des conséquences humaines catastrophiques. Des entreprises entières disparaissent à cause de cela. En identifiant cet élément, en ayant conscience de ses effets sur vous, vous pourrez reprendre le dessus, voir vos véritables erreurs, ce que vous avez fait de mal et surtout comment les corriger afin de contrer cette technique efficacement. Cela vous permettra de reprendre confiance en vous, construire votre jeu. Plus important, vous parviendrez systématiquement à repérer vos erreurs sources, celles qui font vraiment la différence plutôt que de perdre votre temps sur des détails.

La concentration sur la menace, un réflexe dont il faut vous débarrasser

Ce mal qui vous touche, c’est la concentration sur la menace. Laissez-moi vous décrire ce que vous observerez dans votre jeu très concrètement. Votre jeu en entier se dégradera et toutes vos décisions n’auront qu’un seul but,  réagir à la menace imminente. Vous ne remarquerez pas cette dégradation, car vous serez beaucoup trop concentré sur les éléments vous permettant de répondre à la menace. Alors après le premier échec, vous vous enfoncerez de plus en plus loin dans cette réponse jusqu’à détériorer grandement votre jeu, résultat : vous avez concrètement régressé, dans le meilleur des cas, vous n’avez fait que gâcher une session de jeux, dans le pire des cas, vous gâcherez les suivantes aussi (pour le savoir, vous verrez une succession de défaites dans votre historique de parties).

Jeu vidéo : Starcraft II

Ce comportement nous vient tout droit d’un vieux réflexe de notre cerveau. Pour lui, en cas de menace, trois solutions sont possibles. Si votre cerveau pense que vous pouvez vous en sortir en vous battant, vous vous battrez. S’il pense que vous ne pouvez pas gagner et qu’il vaut mieux fuir, vous fuirez. Enfin, s’il pense que vous ne pouvez pas gagner et que vous ne pouvez pas fuir, il choisira le réflexe de vous immobiliser. Dans ce dernier état, vous pouvez faire difficilement autre chose que vous concentrer sur la menace. Cela a pour conséquence de provoquer un stress supplémentaire, en plus de devoir jouer correctement, une dose d’inquiétude supplémentaire est créée. Cela draine votre énergie et vous fait vous demander « est-ce que je vais m’en sortir cette fois-ci? ». A cause de cette inquiétude et de cette concentration sur la menace, toutes les actions que vous entreprendrez dans cet état émotionnel n’auront qu’un seul but : neutraliser la menace. Dans un contexte assez simple, cette réponse est parfaitement adaptée. Mais pour une situation aussi complexe que les jeux vidéo où beaucoup de facteurs clés interviennent pour vous permettre de gagner, cette réponse est obsolète, elle est absolument contre-productive.
De plus, cette réponse émotionnelle est très propice à l’apparition d’un cercle vicieux chez les joueurs de jeux vidéo. Cette dégradation de performances va nourrir des peurs supplémentaires qui viendront encore une fois dégrader votre jeu et cela indéfiniment jusqu’au moment où… la menace est passée. Pour convaincre votre cerveau que la menace est passée, vous pouvez soit le convaincre qu’il n’y a jamais vraiment eu de menace, soit le persuader que la menace est passée. Dans les deux cas, il faut que vous puissiez expliquer votre manque de performance.

Comment supprimer cet état mental

Les forums de jeux vidéo sont remplis des conséquences de cet état mental (encore une fois, cette réaction est naturelle, mais malheureusement pour nous, elle est aussi très contre-productive) :

  • Comment contrer X?
  • L’unité Y est trop puissante, trouvez-vous normal que je dois faire tant d’effort alors que lui n’a qu’à utiliser cette unité?
  • C’est n’importe quoi la race Z!

Pour sortir de ce schéma, une seule solution, chercher la véritable cause du problème. Pour la trouver, il vous suffit de chercher les éléments qui NE SONT PAS reliés à la menace. Vérifier vos bases, consolider-les. Regardez ce que vous n’avez pas fait et que vous auriez dû faire. Sur les forums, la réaction est systématique. Quand je demande aux joueurs de regarder des critères fondamentaux, ils me confirment qu’en effet, ils avaient commis une erreur bien avant l’apparition de la menace, ce qui les a empêchés de répondre efficacement.

Défi

Quel critère avez-vous trouvé déloyal dans votre jeu vidéo préféré? Quel était l’élément contre lequel vous n’aviez pas de réponse et qui finalement n’était pas un problème insurmontable? La raison pour laquelle je vous pose cette question est pour vous faire comprendre que ce mécanisme est parfaitement naturel, que nous l’avons tous vécu et que nous avons tous réussi à nous en sortir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *