Le manège du bonheur dans les jeux vidéo

de | 27 juin 2017

Dans tous les jeux multijoueurs compétitifs, il y a des hauts et des bas et cela n’est pas dû aux jeux en eux-mêmes, mais à notre façon de chercher le bonheur. Supposons que vous pensez qu’acheter un nouveau jeu vous rendra heureux ou vous fera au moins plaisir. A court terme, cela marchera : pendant les premiers jours ou les premières semaines cela vous donnera beaucoup de plaisir à explorer un nouvel univers, de nouvelles mécaniques. Mais au fil du temps vous finirez par faire le tour et votre plaisir va diminuer. Ce phénomène n’est pas propre aux jeux vidéo ou aux jouets comme on peut l’entendre, il y a par exemple la crise de la quarantaine où une personne se demande ce qu’elle a fait de sa vie pour ensuite acheter une nouvelle voiture pensant que cela réglera ses soucis. Ce comportement, les psychologues l’appellent « l’adaptation hédoniste ». Votre nouveau jeu finira par devenir ennuyeux et votre esprit vous poussera à en acheter un autre dans cette quête de bonheur sans fin.

Le manège du bonheur

Ce que vous ressentez à ce moment s’appelle le manège du bonheur. Notre cerveau est une tête chercheuse à plaisir immédiat, nous sommes alors dans la recherche d’expériences agréables ou de choses agréables dans le but de combler ce désir. Lorsque nous obtenons ce que nous désirons, notre cerveau s’adapte à ce niveau de plaisir très rapidement et la situation présente ne nous apporte plus de plaisir. Ce cycle se répète indéfiniment.

Dans les jeux vidéo, cela peut être l’acquisition d’un nouveau jeu. Mais cela peut aussi être un nouveau rang dans le classement pour un même jeu, un nouvel avatar, une nouvelle arme, un niveau supplémentaire, faire ses quêtes journalières. Vous l’avez compris, les éditeurs de jeux vidéo l’ont compris, notre moteur, c’est avant tout le plaisir à travers ses diverses formes. Peu importe si la mécanique du jeu est bien huilée, si elle n’est pas au final, une source de plaisir, nous n’investirons pas de notre temps et notre argent.

Jeu vidéo : Killing floor 2. Venez visiter ce manège enchanté!

Nous pourrions croire que ce comportement s’arrête après un certain point, mais vous savez tous que les gens même extrêmement riches, par exemple, continuent leur quête de richesse et en veulent toujours plus. Cela n’est pas dû à un manque d’humanité ou autres raisons débiles inventées pour se donner bonne conscience d’être « pauvre » (plutôt non riche), mais bien à un mécanisme fondamental de notre cerveau.

Ce mécanisme est souvent aussi une source de frustration

Si je vous parle de ce mécanisme aujourd’hui, c’est que je croise presque tous les jours des joueurs dont le discours est du type : « je serai tellement heureux si j’atteignais/avais… ». Ce qu’ils disent est tout a fait vrai (un sentiment de bonheur éphémère), mais ce qu’ils sous-entendent est parfois dangereux (atteindre un bonheur durable). En effet, si vous êtes en quête d’un sentiment de réussite ou de satisfaction durable, vous allez être très déçu, très frustré. Vous seriez surpris du nombre de gens qui ont « réussi » d’après vos critères et qui ne sont pas pour autant satisfaits, même après avoir réalisé leur rêve.

5 règles pour vaincre (durablement) le manège du bonheur

Il n’est pas simple et surtout pas intuitif de passer outre le manège du bonheur. D’ailleurs, cela est même impossible de le vaincre entièrement étant donné que ce comportement vient directement de notre cerveau. Néanmoins d’après les recherches actuelles sur l’adaptation hédoniste, il existe 5 règles à connaître qui peuvent vous aider à apporter un état de satisfaction durable et par extension nous aider à atteindre un état de bonheur. Le non-respect de ces règles apportent de la frustration et peut même détruire des relations dans la vie réelle. Vous avez la chance, en tant que joueur de jeux vidéo d’expérimenter ce phénomène et de faire vos tests pour voir ce qui fonctionne ou non pour vous. Faites-les plutôt dans un monde virtuel où l’on peut revenir en arrière, plutôt que dans la vie réelle où certaines personnes ont changé radicalement leur vie pour le regretter seulement un mois après.

  1. Beaucoup de jeux multijoueurs compétitifs reposent sur un système de monnaie. Tout le monde connaît cette « folie » quand le gain de cette monnaie est doublé lors d’un événement à durée limitée. Des joueurs qui ne jouent pas souvent se retrouvent à jouer des heures et des heures pour collecter cette monnaie. La première règle à suivre pour atteindre le bonheur est de collecter « suffisamment » de monnaie. Au-delà d’un certain seuil, la monnaie n’influence plus notre bonheur. Il faut donc arrêter cette chasse à la monnaie virtuelle après un certain seuil, or l’erreur que je constate souvent est que des joueurs continuent à collecter cette monnaie, « car sinon elle serait perdue ». Cela génère énormément de frustration, car l’effort réalisé n’a que très peu d’impact sur leur satisfaction. Dans la vie réelle, il existe aussi un seuil pour l’argent, ce seuil est de 60 000€ bruts par an ou 5000€ bruts par mois. Le salaire moyen brut en France étant de 2 950€, oui, l’argent fait le bonheur pour une grande partie de la population. Au-delà de ce seuil, l’argent intervient très faiblement dans le bonheur.
  2. Souvent les joueurs de jeux vidéo les plus assidus n’ont pas une bonne hygiène de vie. Il faut savoir que l’un des éléments-clés pour atteindre le bonheur reste la santé et l’énergie. Ce critère est assez évident, d’ailleurs tous les joueurs de jeux vidéo connaissent les effets du manque de sommeil par exemple. Nous sommes tout simplement fatigués, plus facilement irritables, les performances sont moindres. Bref, vous réaliserez assez vite que ce critère est assez important et que ses effets sont presque immédiats.
  3. Passez du temps avec les gens que vous aimez. C’est assez ridicule à dire, mais dans les jeux vidéo comme dans la vraie vie, il est nettement plus intéressant de faire les choses à plusieurs. L’être humain est par nature une créature sociale, une créature qui a besoin des autres. Si nous sommes arrivés à ériger des sociétés telles qu’elles sont aujourd’hui, c’est par un effort commun. Toutefois, nous n’avons pas tous les mêmes besoins de contact social pour être heureux. Les individus extravertis tirent leur énergie de la relation avec les autres et ils ont besoin d’échanger régulièrement avec les autres. Les individus introvertis peuvent passer des jours, des semaines, sans voir d’autres personnes et trouvent l’essentiel de leur énergie dans la solitude. Mais passer du temps avec des gens qu’ils aiment, lors d’un repas par exemple ou d’une session de jeu vidéo, leur fait du bien. Ici, vous l’aurez compris, la présence de l’autre est indispensable, qu’elle soit à haute dose ou faible dose.
  4. Dans les jeux vidéo comme dans la vie, il existe des sources chroniques de stress. Apprendre à les maîtriser, à les supprimer, à les dépasser dans les jeux vidéo vous sera d’une immense aide dans votre vie professionnelle et personnelle. Sur ce blogue, vous avez trouvé de nombreux conseils afin de vous aider à atteindre vos objectifs efficacement et le plus sereinement possible (se fixer de véritables objectifs contrôlables, ne pas se préoccuper de ce que vous ne contrôlez pas, connaître les biais de notre cerveau qui nous empêche de nous épanouir dans le monde moderne, etc). Bien que j’aie porté mon attention sur le jeu vidéo, ces conseils sont aussi très efficaces pour la vie réelle. En passant moins de temps et d’énergie à résister face à ces sources de stress, vous pourrez utiliser ce temps et cette énergie gagnée à atteindre vos objectifs.
  5. Si les jeux vidéo parviennent à nous passionner, c’est parce qu’ils poussent avant tout à relever de nouveaux défis, qu’ils attisent notre curiosité sur un nouveau monde, une nouvelle aventure. C’est là le dernier ingrédient pour atteindre un état de bonheur. En effet, privilégiez les expériences plutôt que l’acquisition de biens matériels. Lancez-vous de nouveaux défis. Dans les jeux vidéo, ces défis sont plus ou moins difficiles à se fixer, nous trouvons par exemple la mécanique des hauts faits qui nous poussent à réaliser des actions souvent difficiles. Dans la vraie vie, vous pouvez faire exactement la même chose même si cela est moins simple, car rien ne vous y pousse. Lancez-vous des défis, apprenez une nouvelle langue, une nouvelle compétence qui vous permettra d’atteindre votre rêve, jouez d’un instrument, construisez un circuit électronique, écrivez un livre, etc. Déployer son énergie pour accomplir quelque chose qui nous tient à cœur ou qui nous intéresse est le meilleur moyen d’être heureux et de s’épanouir.

Défi

A vous de jouer maintenant. Le critère le plus simple à travailler et qui a des conséquences les plus directes reste dans le fait de se lancer des défis. En effet, si vous vous lancez un défi et que vous arrivez à le relever, cela vous donnera tout de suite une dose d’énergie supplémentaire pour attaquer les autres critères. Quel défi allez-vous vous fixer qui vous permettra d’atteindre un niveau de bonheur supérieur?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *