La vérité sur la persévérance dans les jeux vidéo

de | 5 mai 2017

Avez-vous déjà passé beaucoup de temps sur un jeu vidéo pour réaliser que vous n’avez pas progressé tant que cela? Vous n’êtes pas le seul, d’ailleurs c’est même arrivé à la plupart des joueurs de jeux vidéo qui ont voulu jouer sérieusement. Tout ce temps passé sur ce jeu n’a pas été très efficace, soyons honnête, c’était du gâchis. Ce comportement et ce manque de résultats s’expliquent par une croyance qui est passée de génération en génération : ceux qui réussissent persévèrent. Oui, c’est vrai, mais ils ne font pas que cela. Ils persévèrent en faisant les choses correctement, or si vous êtes bloqué depuis un mois et que vous persévérez à faire la même chose, vous serez encore bloqué l’année prochaine. A vous alors les joies de la frustration, de constater que votre classement est resté fixe, que vos rêves vous passent sous le nez.

Ici, je vais rétablir la vérité sur cette croyance et je vais vous donner un élément extrêmement simple pour que la persévérance travaille pour vous plutôt que contre vous. Au lieu de répéter inlassablement les mêmes gestes, avoir les mêmes réflexions qui ne vous font pas progresser, vous pourrez vous définir des objectifs extrêmement clairs. Ce temps passé à s’entraîner sera productif dès les premières minutes et à la fin de votre séance, vous ferez une action de manière concrètement différente, vous aurez appris quelque chose. Et là enfin, vous saurez ce qu’est la vraie persévérance et qu’elle n’a absolument rien de difficile. En effet, voir que ses efforts portent leur fruit est extrêmement motivant et c’est cette motivation qui va vous faire avancer.

La persévérance n’est en rien un signe de réussite

Je veux être clair avec vous, être persévérant ne veut pas dire que vous allez réussir. Il existe de nombreux chefs d’entreprise qui travaillent 70h par semaine et qui ne décolleront jamais. C’est vrai dans ce contexte, et c’est aussi vrai dans les jeux vidéo. Vous en voulez la preuve? Regardez vos statistiques dans le classement. Maintenant comparez-les aux joueurs qui sont dans la même ligue que vous. Certains joueurs auront jusqu’à dix fois plus de parties que vous, ou peut-être est-ce vous qui en aurez dix fois plus qu’eux? Dans les deux cas, prenez maintenant conscience du problème.

Pourquoi tant de personnes et surtout des joueurs de jeux vidéo tombent-ils dans le panneau? Car c’est le côté « seul contre le monde » qui plaît. Tout le monde aime les histoires où celui sur qui personne n’aurait parié a réussi à remporter la victoire, a réussi à vaincre le favori. Et le plus dur avec les histoires que l’on aime, c’est de les voir pour ce qu’elles sont, de belles histoires. Vous trouverez d’ailleurs ce type d’histoire dans n’importe quelle activité, le chef d’entreprise qui vient sauver une entreprise en détresse, le soldat qui a lui tout seul a fait évader toute une prison, l’équipage d’un char américain qui, tout seul, a massacré tout un régiment nazi, bref vous voyez où je veux en venir.

La persévérance n’est en fait qu’un multiplicateur, à vous de décider ce que vous voulez multiplier, vos échecs ou vos réussites.

Faire travailler la persévérance pour vous

Pour que la persévérance soit à votre service, vous devez être sûr que chaque moment de plus que vous passerez à vous entraîner soit utile. Et pour cela, il faut que chaque séance d’entraînement vous apporte quelque chose de nouveau. Pour être extrêmement concret, si après une séance d’entraînement, vous faites exactement la même chose qu’avant la séance, qu’absolument rien n’a changée, que vous faites toujours les mêmes erreurs, les mêmes remarques, alors vous avez juste perdu votre temps. Pour éviter de tomber dans cette situation, je vous propose d’utiliser une règle très simple : avant chaque entraînement, vous vous poserez un objectif qui soit extrêmement concret et qui soit atteignable en vingt minutes. Cela va vous obliger à faire des petits pas et c’est exactement comme cela que vous allez progresser, que vous allez persévérer.

Souvent quand je demande à un joueur de jeux vidéo ce qu’il aimerait faire pendant sa séance d’entraînement, il commet deux énormes erreurs :

  • Etre vague, « je veux une meilleure précision dans mes tirs », « je veux avoir une meilleure macro »
  • Se mettre des objectifs irréalistes, « je veux faire comme le joueur pro X »

Jeu vidéo : Arma 3

Pour vous montrer que la méthode marche, j’ai aujourd’hui plus de 150 heures de pilotage d’hélicoptère sur Arma III. Savoir piloter un hélicoptère (même dans les jeux vidéo) a toujours été mon rêve et je suis parti du zéro absolu. J’ai donc dû apprendre à jouer avec un HOTAS (Hands On Throttle And Stick, voir image ici), des pédales (CH pro, voir ici), apprendre la physique d’un hélicoptère (comment il vole, comment je tourne, comment je ralentis, je prends de l’altitude, j’en perds, etc) et enfin apprendre à le manier avec assez de précision pour pouvoir toucher des cibles à grande distance de manière fiable (mon rêve était de toucher des cibles de la taille d’une voiture 8 fois sur 10 à 800 mètres). Imaginez-vous mettre comme objectifs de ne faire que l’une de ses choses? Vous serez immédiatement découragé devant l’ampleur de la tâche.

Aujourd’hui, je suis fier d’être systématiquement premier sur les serveurs de jeux d’Arma III où les véhicules (surtout les hélicoptères) sont autorisés. Je suis donc passé du zéro absolu à un excellent niveau en seulement 150 heures. Si cela vous semble énorme, regardez simplement le temps de jeu que vous avez sur votre jeu vidéo compétitif préféré et regardez votre résultat, vous comprendrez tout de suite l’intérêt de la méthode. La méthode marche, il faut simplement se forcer à l’appliquer et ne pas la perdre de vue.

Appliquer la méthode en 4 étapes

Pour appliquer au mieux la méthode :

  1. Estimer le temps disponible que vous pouvez allouer à une séance d’entraînement.
  2. Déterminer l’objectif que vous voulez atteindre en ce temps donné. Votre séance d’entraînement aura alors pour but de vous rapprocher de cet objectif et non pas de l’atteindre. Non pas parce que vous n’y arriverez pas, mais tout simplement parce que nous avons déjà beaucoup de mal à estimer le temps nécessaire pour une tâche que nous connaissons par cœur, alors essayer d’estimer le temps nécessaire pour atteindre un objectif inédit est de l’ordre du fantasme.
  3. Mettre une quantité de mini-objectifs tout au long de la séance. Ces mini objectifs doivent être ridiculement simples, vous devez pouvoir les atteindre théoriquement en 5 minutes (en pratique cela vous en prendra 20, d’où la règle d’un objectif en dessous de 20 minutes). Chacun de ces mini objectifs doit vous rapprocher de votre objectif ultime.
  4. Enfin, vous devez marquer concrètement ce que vous avez appris. Si c’est trop vague, ou s’il faut chercher dans votre tête pour savoir si vous avez appris quelque chose ou non, votre objectif n’était pas assez concret. Il faut qu’une personne qui vous voit jouer avant et après puisse voir les différences, il faut que cela soit flagrant.

Et c’est seulement dans ces conditions, en ayant conscience de progresser, que la persévérance vous emmènera où vous souhaitez aller. Sinon, vous répèterez vos erreurs.

Défi

Rappelez-vous la dernière fois que vous avez réussi à atteindre un objectif en persévérant, en combien de mini objectif l’avez-vous atteint? Répondez à cette question et vous comprendrez la puissance de la méthode.

Pour mes 150 heures, je devais en avoir bien 200, les derniers objectifs étaient nettement plus complexes que je le pensais et j’ai moi-même refusé d’appliquer la méthode par frustration à certains moments. Cela m’a fait gâcher des heures d’entraînement, alors ne faites pas la même erreur que moi, suivez la méthode jusqu’au bout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *