La valeur du pré-engagement pour progresser dans les jeux vidéo

de | 6 décembre 2017

Si vous jouez pour progresser dans les jeux vidéo, il vous est déjà arrivé de ne pas atteindre votre objectif, de ne pas progresser assez vite selon vous. Votre premier réflexe est alors de vous en prendre à vous-même, de vous dire que vous n’êtes pas assez sérieux. Alors la prochaine fois vous essayez de le faire sérieusement. Sauf que voilà, vous obtenez exactement le même résultat. Pour beaucoup d’entre vous, vous répéterez ce cycle à l’infini. Une grande majorité de joueurs de jeux vidéo pense que pour progresser, tout se passe dans la tête. Leur idée pourrait se résumer par « quand on veut, on peut ». Sauf que voilà, si vous ne faites pas les choses correctement, vous pourriez les faire autant de fois que vous le souhaitez, vous n’y arriverez tout simplement pas.

Mais ces joueurs n’ont pas tout à fait tort, il s’agit bien de concentration, il s’agit bien d’avoir une certaine volonté de réussir afin de rester motivé. Ici, je vais vous donner un outil simple et efficace afin de vous débarrasser de la première raison pour laquelle vous n’arrivez pas progresser. Ce qui vous empêche de progresser, c’est que vous avez une grande tendance à reposer sur des réflexes. Vous faites des choses, vous réagissez à votre adversaire plus par réflexe que par choix. La première chose que je constate quand je coach un joueur est que la plupart du temps, il est incapable de m’expliquer pourquoi il a fait ce qu’il a fait au moment où il l’a fait. Pourquoi décide-t-il d’attaquer son adversaire à ce moment et pas plus tard ? Pourquoi décide-t-il de faire le tour pour l’attaquer à revers plutôt que de front alors qu’il a l’avantage ? À chaque fois le scénario est le même, la personne ne sait pas pourquoi elle a fait cela, mais elle sait ce qu’elle aurait dû faire à la place, elle sait exactement comment elle aurait dû réagir.

Faire les choses, atteindre ses objectifs est toujours plus difficile que prévu

Jeu vidéo, jeux vidéo, Hitman

Jeu vidéo : Hitman (2016). Ce jeu est de loin le plus propice à vous montrer votre double personnalité. « Je vais jouer en infiltration cette fois », on sait tous comment cela fini…

Généralement vous avez une double personnalité : celle avant de commencer à jouer et celle pendant le jeu. La première personnalité que l’on appellera « 2.0 », aime donner des réponses, des solutions aux problèmes. Quand 2.0 voit que vous avez une difficulté, elle va vous chercher une solution. Cette solution, elle a le bénéfice de marcher, elle a le bénéfice d’être une meilleure option que celle que vous utilisez actuellement. Vous la reconnaissez quand vous vous dites des choses comme « je n’aurais pas dû faire cela », « j’aurais dû plutôt passer par là ». L’autre personnalité, que l’on appellera « 1.0 », ne veut que du plaisir, elle ne veut que du spectacle. 1.0 rejette d’emblée toutes les critiques, les remarques qui reviendraient à la remettre en question. Pour faire cela, il éteint tout simplement votre cerveau (en partie), cette partie qui est utilisée par 2.0 et qui vous permet d’analyser les situations. Vous reconnaissez les moments où 1.0 est aux commandes, quand vous faites systématiquement les mêmes erreurs, quand vous jouez exactement de la même façon et que vous vous plaignez encore et encore du fait que vous vous êtes fait punir par votre adversaire.

Si 1.0 est si souvent aux commandes, c’est parce que les jeux vidéo sont avant tout faits pour nous donner du plaisir. Cela est extrêmement contre intuitif quand on essaye de progresser dans un jeu vidéo, car progresser n’est jamais agréable. Bien sûr, le résultat de la progression, lui, est agréable, mais pas le processus. Vous êtes donc dans la situation suivante : 2.0 établit le plan de progression et 1.0 exécute le plan. En clair, vous n’avez aucune chance que cela fonctionne. Parce que 2.0 veut faire de vous quelqu’un de différent et que 1.0 veut exactement l’inverse, ce dernier va systématiquement saboter le plan que 2.0 a dressé.

Une méthode simple et efficace qui vous permettra de laisser plus de place à 2.0

Je pense que vous l’avez maintenant compris, le but de la méthode ici est de laisser plus de place à 2.0, de lui laisser les commandes mêmes quand vous jouez. Pour ce faire, il ne faudra pas se contenter de rester concentré. Il faudra aller bien plus loin, il faudra tout simplement empêcher 1.0 de reprendre les commandes, voire de les prendre tout court. Ce que vous allez faire ici, c’est prendre un pré-engagement pour vous permettre d’atteindre vos objectifs.

Le réflexe le plus fréquent chez les joueurs de jeux vidéo est de reculer face à une menace. Dans un jeu de plate-forme, reculer face à un projectile qui arrive sur vous, vous donne souvent un temps supplémentaire pour analyser la situation et prendre la bonne décision. Sauf que, si vous jouez à des jeux vidéo de plate-forme développée par des développeurs sadiques qui ont tout à fait conscience de ce réflexe et qui compte sur le fait que vous allez reculer, alors vous vous prendrez systématiquement le projectile. Dans les jeux vidéo compétitifs en ligne, ce réflexe est le même. Par exemple si nous prenons des jeux vidéo de tir à la première personne, les personnages les plus faibles comme les supports ont tous tendance à reculer quand un personnage plus direct comme un assassin les attaque. Le fait de reculer ici est une très mauvaise décision, tout simplement car vous allez vous isoler des membres de votre équipe et qu’ils ne pourront alors pas vous aider.

Pour vaincre ce réflexe qui est de loin le réflexe le plus ancré chez les joueurs de jeux vidéo, mais aussi bien au-delà, vous allez utiliser la méthode du pré-engagement. En prenant l’exemple du jeu de tir à la première personne, au lieu de simplement reculer, vous aller vous rapprocher de votre équipier le plus proche. Pour éviter de reculer, vous allez vous engager à trouver systématiquement un équipier sur lequel vous allez vous rabattre en cas d’attaque. Parce que vous avez l’obligation de trouver cet équipier avant que le combat ne commence, il vous suffira de le garder en vue pour savoir dans quelle direction aller. Il s’agit ici d’un engagement, ce n’est pas une simple déclaration que vous vous faites le jour du nouvel an. Si vous n’arrivez toujours pas à tenir votre objectif, vous devez tout mettre en œuvre, changer tout ce qu’il faut pour y arriver. Quand vous ferez la bêtise de reculer, dites haut et fort que c’était une bêtise, dites haut et fort ce que vous auriez dû faire à la place, même si vous avez survécu, même si vous avez repoussé votre adversaire.

De manière plus générique, pour chaque problème, pour chaque erreur que vous faites, la méthode est la suivante :

  • Décrivez le problème. Soyez le plus concret et le plus précis possible. Ne dites pas « je recule trop souvent » et dites « quand je joue le rôle de support et qu’un assassin/flanker m’attaque, je recule à chaque fois » ;
  • Demandez à 2.0 ce que vous auriez dû faire plutôt que de reculer (dans cet exemple) ;
  • Enoncez clairement les avantages de la correction que vous proposez par rapport au fait de simplement reculer et d’être hyper prédictif ;
  • Faites ensuite la liste de tous les éléments dont vous aurez besoin pour pouvoir appliquer votre solution ;
  • Prenez un pré-engagement dans la forme NEGATIVE : je ne ferais plus X. A chaque fois que vous briserez cet engagement, dites le haut et fort ;
  • Enfin, mettez tout en œuvre pour appliquez votre solution.

Défi

A vous de jouer maintenant ! Si vous n’avez pas l’habitude de changer vos réflexes, je vous conseille de commencer par un réflexe moins dur à changer que celui qui est ancré dans chaque être humain face à une menace. Je le rappelle, ici il s’agit de prendre un véritable engagement, pas de se dire « la prochaine fois, je jouerai mieux ! ». Sélectionnez une erreur que vous faites souvent, appliquez la méthode et débarrassez-vous des erreurs que vous connaissez par cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *