[AD] La culpabilité ne vous permet pas de progresser dans les jeux vidéo

de | 4 décembre 2017

Si vous jouez pour progresser, à un moment ou un autre, vous avez ressenti le fait que vous n’en faisiez pas assez, que vous n’étiez pas assez sérieux. S’ensuit une période de frustration, une lente descente aux enfers où vous jouez de moins en moins, où vous obtenez de moins en moins de résultats. Vous faites alors la conclusion que vous faites encore moins d’efforts qu’avant. Cette façon de penser, cette analyse de votre situation, crée alors un cercle vicieux dont il est impossible de s’échapper. Si cette situation dure trop longtemps, vous pouvez dire adieu à vos aspirations, à vos rêves.

Ici, j’aimerais partager une réalité avec vous, une réalité qui est contre intuitive et qui met beaucoup de monde mal à l’aise. Accepter cette réalité, accepter le fait que l’on a des faiblesses, est extrêmement difficile, car cela remet en cause l’image parfaite que l’on essaye de garder à propos de soi-même. Vous n’êtes pas parfait, je ne suis pas parfait et tant mieux. Une fois que vous l’aurez accepté, vous casserez ce cercle vicieux et vous pourrez vous entraîner la tête légère, vous pourrez vous concentrer beaucoup plus facilement et analyser la situation nettement plus rapidement.

La culpabilité n’apporte rien, cela est très dur à accepter tellement cela va à l’encontre de notre éducation. Mais au bout de la huitième fois où cela ne marche pas, il serait peut-être temps de se dire que cela ne marche effectivement pas et de passer à autre chose.

Ce que je m’apprête à vous dire ici, peu de joueurs ont réussi à l’encaisser, ont réussi à l’accepter. Pour vous donner un contexte, beaucoup des joueurs que je coach ont de grandes ambitions. Et parce qu’ils ont de grandes ambitions, ils ont aussi beaucoup d’attentes envers eux-mêmes. Ils deviennent alors très durs avec eux-mêmes, ils n’acceptent plus ou du moins beaucoup moins les erreurs. Alors à chaque faux pas qu’ils vont faire, parce qu’il reste des êtres humains, ils vont se sentir coupables. Cette culpabilité, ils vont la traîner sur plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Concrètement, plus ils se sentiront coupables et moins ils parviendront à fournir des efforts. Ils sont bien sûrs convaincus de l’inverse, je parie même que c’est votre cas alors que vous lisez ces lignes. Mais sur la totalité des joueurs qui ont emprunté ce chemin, aucun n’a réussi à se relancer grâce à la culpabilité.

Je vais vous expliquer pourquoi et j’espère que vous comprendrez que la culpabilité n’est pas une espèce de potion magique que vous pouvez vous infliger à vous-même pour relancer la machine comme si de rien n’était. Quand vous vous sentez coupable, cela vous demande énormément d’énergie pour ne pas craquer, pour ne pas vous accabler, pour ne pas tout simplement laisser tomber. Et parce que la culpabilité appelle la culpabilité, cette énergie qui est drainée ne s’arrête jamais. Pour vous entraîner, vous avez besoin de beaucoup d’énergie : pour vous remettre en question, pour accepter vos fautes, pour les corriger et surtout pour ne plus refaire. Sauf qu’à cause de la culpabilité, vous n’avez tout simplement plus cette énergie. Alors lieu de vous entraîner, vous allez jouer pour vous sentir un peu mieux, pour vous recharger. Cette énergie nouvellement acquise, vous allez la dépenser dans la culpabilité. Bref, votre niveau ne s’améliorera pas d’un poil.

Jeu vidéo, jeux vidéo, Destiny 2

Jeu vidéo : Destiny 2. Masquer sa culpabilité peut aussi vous rendre totalement ridicule. Comme par exemple ne pas accepter le fait d’avoir fait une bourde en bannissant des joueurs injustement, se justifier qu’il n’y a pas d’erreur pour ensuite faire marche arrière en évitant d’attirer l’attention. Si vous avez fait une faute, acceptez-le et passez à autre chose.

Parce que vous êtes tout le temps fatigué, vous ne pourrez plus faire la différence entre jouer pour jouer et jouer pour s’entraîner. Alors, vous commencerez à vous sentir coupable de vous « entraîner » si dur et de n’avoir aucun résultat.

Cette culpabilité a exactement le même effet sur bien d’autres problèmes. Je connaissais des pères de famille qui faisaient culpabiliser leurs enfants parce qu’ils ne cherchaient pas assez de travail et qu’ils jouaient aux jeux vidéo. Plus ils les faisaient culpabiliser et moins les enfants avaient envie, mais surtout l’énergie pour se remuer. On entend souvent cette expression, « un coup de pied au cul », sauf qu’au bout du centième, il faudrait peut-être penser à changer de tactique.

La raison pour laquelle les gens aiment croire que cette culpabilité les pousse à faire des choses vient de notre enfance ou notre éducation a été faite sur la base d’ordres, de récompenses et de punitions. Pour les enfants, cela est tout à fait normal, leur cerveau n’est pas tout à fait formé et la partie du cerveau qui gère le contrôle de soi n’a pas encore fini son développement. À l’âge adulte, la culpabilité n’a tout simplement aucun effet à part vous faire vous sentir mal. Tout faire en ayant comme moteur la culpabilité est le moyen parfait pour être frustré. Concrètement, tout ce que vous arriverez à faire sera considéré comme quelque chose de normal et tout ce que vous n’arriverez pas à faire sera dû au fait que vous n’êtes pas assez sérieux, que vous n’êtes pas assez parfait. Si c’est le chemin que vous voulez emprunter, si vous voulez continuer à ne pas avancer dans vos ambitions, dans vos rêves, vous pouvez continuer dans cette voie.

Accepter ses faiblesses, accepter d’être humain et que parfois, nous échouons

Comme vous l’aurez compris ici, ce n’est pas tant la culpabilité et qui vous empêche de progresser, mais ce sont les conséquences de ce sentiment de culpabilité qui drainent votre énergie en permanence qui vous empêche de fournir plus d’efforts.

Alors la méthode que je vous propose pour reprendre l’entraînement, pour rallumer le feu sacré, est de tout simplement se débarrasser de cette culpabilité, de ce que vous ressentez à ce moment-là et d’accepter le fait qu’à un moment donné de votre vie, vous n’étiez pas la hauteur. Pour toutes les fautes que vous commettrez, vous vous pardonnerez vous-même, vous serez un soutien pour vous-même plutôt qu’un juge et dans les moments les plus difficiles, vous ferez preuve de compassion envers vous-même. En adoptant cette méthode, vous vous débarrasserez tout de suite de la honte et de la douleur. Cela vous fera économiser énormément d’énergie, énergie que vous dépenserez à prendre vos responsabilités, à analyser la situation, à trouver une solution et enfin à l’appliquer.

Voici la méthode en quelques points pour plus de clarté :

  • Pardonnez-vous à vous-même de ne pas avoir été à la hauteur, d’avoir eu un moment de fatigue, vous êtes humain ;
  • Soyez un soutien, faites preuve de compassion envers vous-même ;
  • Parce que vous ne ressentez plus de honte, vous ne sentirez pas le besoin de vous cacher ;
  • Prenez la responsabilité de cet échec, il n’y a aucune honte à avoir encore une fois ;
  • Analysez la situation comme il se doit, trouver le problème et une solution possible. Enfin, vous appliquerez votre solution pour voir si elle fonctionne.

Les meilleurs joueurs que j’ai coachés ont accepté de laisser tomber la culpabilité pour adopter la compassion. Ces joueurs avaient systématiquement de meilleures performances, ils avaient aussi la meilleure progression, enfin, ils prenaient du plaisir dans cette aventure qui est loin d’être facile.

Défi

A vous de jouer maintenant ! Qu’est-ce qui dans votre vie vous fait vous sentir coupable ? Qu’est-ce qui draine votre énergie toute la journée ? Qui vous fait réfléchir en permanence et qui vous empêche de dormir ? Vous noterez ce que vous ressentez dans ces moments. Vous noterez aussi ce que vous ressentez physiquement dans votre corps. Notez aussi les remarques que vous vous faites à vous-même. Si vous avez l’impression que c’est difficile, félicitations, vous êtes sur la bonne voie, se sentir coupable est tellement facile après tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *