Comment apprendre à former des experts grâce aux jeux vidéo

de | 19 juillet 2017

De nombreux joueurs que je coach essayent de transmettre le savoir et les concepts que je donne à leurs amis. En effet, les sessions de coaching les ont aidés à comprendre bien des choses et ils ont pu voir leur classement monté grâce à cela. Ils sont alors très motivés à l’idée de partager ce savoir, ces exercices afin de permettre à leurs amis, à leurs équipiers, de progresser plus rapidement. Malheureusement pour eux, ils se sont presque tous heurtés à un obstacle majeur qui a réduit leurs discours, ou plutôt l’impact de leurs discours à néant. Concrètement, les amis et équipiers en question ne sont pas intéressés, ou alors ils répondent « je le savais déjà », mais n’appliquent pas pour autant les choses et ne changent pas concrètement leur façon de jouer. Quand ils pensent changer quelque chose, ils font encore la même chose sous une autre forme. Cela entraîne presque immédiatement de la frustration et de l’impatience, ils commencent à trouver de moins en moins de plaisir à jouer à leur jeu vidéo préféré et la progression est de plus en plus lente.

Dans cet article, je partagerais avec vous quelques méthodes simples que j’utilise moi-même et dont j’abuse pour permettre à mon discours d’être plus percutant. Mais avant d’améliorer la qualité réelle de votre discours, je vais vous apprendre à améliorer la qualité perçue de votre discours par votre interlocuteur. Car, c’est bien ici que réside votre problème. Peu importe votre message, si votre interlocuteur s’en fiche, vous n’arriverez à rien. Ces éléments permettront d’éveiller la curiosité de vos interlocuteurs et les pousseront à s’engager activement dans la discussion plutôt que de les enfermer dans la position d’un étudiant désintéressé comme nous le constatons dans les amphithéâtres à l’université. Cela créera une dynamique bien plus intéressante pour tout le monde. Vos interlocuteurs seront alors motivés pour essayer cette nouvelle méthode ou mettre en pratique ce (nouveau) concept dont vous venez de parler.

Dans les jeux vidéo, tout le monde pense être un expert

Peu importe qui vous êtes, si vous avez passé quelques dizaines d’heures sur un jeu vidéo, vous aurez de grandes chances de penser que vous en êtes un expert. Cela est aussi vrai pour toute autre activité, mais avec un nombre d’heures bien plus conséquent. Cela pour une raison très simple, dans le monde des jeux vidéo, les récompenses, les marqueurs distinctifs (récompenses, hauts faits, classement, victoires, division, …) sont partout. Toutes ces récompenses peuvent alors facilement monter à la tête des joueurs de jeux vidéo s’ils n’y prennent pas garde. Les gens ont tendance à croire qu’ils savent énormément de choses sur leur activité (ici les jeux vidéo). Ajouté à tout cela le biais de la confiance en soi (tout le monde pense que sa façon de faire est la meilleure et qu’il est le meilleur) et vous obtenez un expert tout neuf en quelques dizaines d’heures.

Jeu vidéo : XCOM 2. Le laboratoire de recherche abrite les plus grands experts.

Cette situation a des conséquences désastreuses sur la mentalité des joueurs, mais aussi sur leurs résultats. En pensant être des experts, leur capacité à se remettre en question diminue fortement, la communication avec d’autres joueurs devient quasiment impossible s’ils ne sont pas d’accord entre eux, ils vont aussi se permettre de juger des situations nouvelles instantanément avant même d’en avoir entendu parler. Tous ces éléments provoquent un arrêt net de leur progression et ils ne s’en rendront même pas compte avant qu’il ne soit trop tard. La situation que je décris n’est pas un reproche que je fais aux joueurs, mais tout simplement une constatation des différents biais de notre cerveau qui nous poussent à adopter une très mauvaise position quand notre but est de progresser, devenir meilleur.

Créer une lacune de connaissance pour vaincre le biais de la confiance en soi

Avoir une trop grande confiance en soi, se voir comme un expert, voilà les deux ingrédients qui créeront le joueur le plus hermétique et le plus inefficace que vous pourrez rencontrer. Si vous êtes dans cette situation, pas de panique, cela se soigne. Si vous voulez transmettre une information, un concept, une méthode à cette personne, vous devez d’abord la mettre dans une position où elle sera plus encline à accepter de vous écouter. Pour cela, vous devez remettre en question son statut d’expert autoproclamé, vous devez lui faire comprendre qu’il a encore des choses à apprendre tout expert qu’il soit, enfin, il doit s’en rendre compte par lui-même.

Pour atteindre cet objectif, vous devez remettre en question les croyances les plus fondamentales du joueur concernant son jeu vidéo préféré sur lequel il veut progresser. Pour cela, rien de plus simple, vous allez lui demander de s’engager sur une question où vous êtes sûr d’être plus habile que lui. Demandez-lui par exemple quels sont les critères les plus importants pour réussir sur son jeu vidéo. Une fois qu’il en a fait une liste (au moins 8 éléments, ce qui n’est pas dur pour un expert), demandez-lui d’expliciter concrètement un critère qui est très dur à maîtriser. Par exemple, s’il parle de la gestion des ressources dans Starcraft II, demandez-lui comment est-ce qu’il gère ses ressources et si parfois le niveau de ressources déborde. Je sais pertinemment que la réponse à cette question sera oui, car c’est l’un des éléments les plus difficiles à gérer, même pour les joueurs professionnels.

Vous n’arriverez peut-être pas du premier coup à le mettre en difficulté, mais il ne vous suffit que d’une touche pour créer une brèche et le mettre dans une position d’écoute. Le mécanisme est le suivant : avant de vous parler, cette personne pensait tout connaître (ou du moins assez pour se sentir experte) du jeu vidéo en question et découvre qu’elle a, en fait, une énorme lacune. Parce que vous lui avez demandé ce qui est important dans son jeu vidéo, la personne va s’engager : « le plus important c’est la macro gestion des ressources! ». En lui montrant que son niveau de macro gestion (dans cet exemple) est trop faible, vous allez lui faire comprendre très concrètement que même s’il sait des choses, il est loin de savoir les appliquer. Il sera ensuite ouvert aux propositions lui permettant d’améliorer le critère en question. Concrètement, il réalise à ce moment précis qu’il lui manque une connaissance pour lui permettre de devenir un meilleur joueur. Parce que vous l’avez obligé à s’engager en vous donnant une réponse précise et que vous lui avez montré qu’il avait encore beaucoup de travail à faire, le biais de la confiance en soi est instantanément mis au placard. Vous avez alors devant vous quelqu’un de réceptif à votre message et qui est prêt à essayer votre méthode.

Améliorer la qualité réelle de votre discours, de votre méthode

Nous avons vu précédemment comment améliorer la qualité perçue de votre message par votre interlocuteur. Il est passé du mode « je suis un expert, je sais déjà tout » à « j’ai une lacune sur le critère X, peux-tu m’en dire plus? ». Maintenant je vais vous donner une méthode simple pour améliorer la qualité réelle de votre discours, de vos conseils.

Parce que vous êtes un expert et que lui aussi en est un, vous aurez une tendance naturelle à être très abstrait dans vos explications. Vous utiliserez un jargon spécifique, des concepts spécialement conçus pour votre domaine ou ici votre jeu vidéo et vous aurez recours à des analogies, des images pour expliquer votre point de vue. Toutes ces méthodes ont un point commun, elles sont très vagues. Or, les éléments vagues ne nous permettent pas de passer à l’action, ici elles ne nous permettront pas de nous améliorer.

Votre discours doit donc finir par des éléments extrêmement concrets à implémenter dans le jeu de votre interlocuteur afin qu’il puisse lui-même voir la différence de résultats entre sa méthode et la vôtre. La description des étapes qu’il doit accomplir doit être tellement concrète que vous devez être capable de voir en un coup d’œil si la personne a appliqué la méthode ou non. Vous jouez à un jeu de tir et vous voulez améliorer son positionnement? Donnez-lui une liste de toutes les positions qu’il n’a pas le droit de prendre et qui le transformerait en cible facile. S’il se trouve dans une de ses positions et qu’il meure, vous saurez tout de suite qu’il n’a pas appliqué la méthode.

La méthode en 5 points pour que votre audience soit plus réceptive et rendre votre discours plus percutant

Voici la méthode que j’utilise et que je vous conseille de l’utiliser si vous voulez donner un conseil jeu vidéo à quelqu’un.

  • Créez une lacune de connaissance chez votre interlocuteur pour détruire le biais de la confiance en soi
    • Pour cela, demandez-lui de vous donner un critère fondamental sur le jeu vidéo en question et de le décrire le plus concrètement possible
    • Demandez-lui de s’engager en lui demandant quel est le résultat qu’il doit atteindre idéalement (mais qu’il n’atteint jamais)
  • Améliorez la qualité perçue de votre message en soulignant le fait qu’il n’arrive pas à atteindre cette situation idéale et décrivez les raisons des difficultés qu’il rencontre
  • Parce que vous êtes plus habile que lui sur le sujet en question, vous allez décrire ses difficultés mieux que lui-même ne le ferait. La somme des points précédents vous permettra de rendre votre interlocuteur plus réceptif et cela augmente aussi la qualité perçue de votre discours
  • Améliorez la qualité réelle de votre discours en bannissant les explications vagues et en intégrant des éléments extrêmement concrets qui permettront à votre interlocuteur d’identifier s’il a fait une erreur ou non en un clin d’oeil
  • Enfin, élément le plus important, donnez-lui une série d’exercices à réaliser. Votre interlocuteur devra se forcer à réaliser ses exercices pendant une durée minimale de 7 jours sans juger l’efficacité de la méthode pendant ces 7 jours. La durée peut être plus faible pour des exercices simples et plus longue pour les exercices compliqués

Défi

A vous de jouer maintenant! Si vous êtes un joueur de jeux vidéo, alors vous avez connu ce phénomène de croire que vous êtes un expert et vous avez forcément partager avec d’autres experts vos astuces. Pour les rendre plus percutantes et créer l’envie d’essayer chez votre interlocuteur, appliquez la méthode.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *